Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

eMmA MessanA, collagiste

J'observe, j'imagine, je compile, je froisse, je déchire et je colle des fragments de toutes sortes de papiers. J'aime fixer l'éphémère pour qu'une fois transformé et assemblé en pièce unique, il raconte une tout autre histoire, intemporelle. J'aime toutes les couleurs, surtout celles qui chantent et sont propices aux rêves les plus fous.... Tous droits réservés © eMmA MessanA

"Et mon ombre se déshabille"

Belle reprise de Thomas Dutronc de la chanson de Léo Ferré, Est-ce ainsi que les hommes vivent?

L'un des vers de ce poème d'Aragon m'a remis en mémoire mon collage L'habit de l'ange.

"Et mon ombre se déshabille"...

Régalez-vous de ces différentes interprétations.

A bientôt,

eMmA MessanA

Les Collages d'eMmA MessanA, collage "L'habit de l'ange', pièce unique

Les Collages d'eMmA MessanA, collage "L'habit de l'ange', pièce unique

© eMmA MessanA

Paris XIème, novembre 2010 - N°148 L'Habit de l'Ange

Collage sur papier dessin 29.7 X 42cm

Fragments de papiers provenant de divers magazines

Ce collage N°148, pièce unique, est disponible non encadré dans le catalogue N°2 ici

(le copyright en filigrane n'apparaît pas sur le collage d'origine)

D'autres reprises avaient été faites par Bernard Lavilliers ou Philippe Léotard :

Et bien sûr, l'original, l'incontournable : 

Est-ce ainsi que les hommes vivent ?

Léo Ferré, Louis Aragon

Tout est affaire de décor
Changer de lit changer de corps
A quoi bon puisque c'est encor
Moi qui moi-même me trahis
Moi qui me traîne et m'éparpille
Et mon ombre se déshabille
Dans les bras semblables des filles
Où j'ai cru trouver un pays

Coeur léger coeur changeant coeur lourd
Le temps de rêver est bien court
Que faut-il faire de mes jours
Que faut-il faire de mes nuits
Je n'avais amour ni demeure
Nulle part où je vive ou meure
Je passais comme la rumeur
Je m'endormais comme le bruit

Est-ce ainsi que les hommes vivent
Et leurs baisers au loin les suivent

C'était un temps déraisonnable
On avait mis les morts à table
On faisait des châteaux de sable
On prenait les loups pour des chiens
Tout changeait de pôle et d'épaule
Le pièce était-elle ou non drôle
Moi si j'y tenais mal mon rôle
C'était de n'y comprendre rien

Dans le quartier Hohenzollern
Entre la Sarre et les casernes
Comme les fleurs de la luzerne
Fleurissaient les seins de Lola
Elle avait un coeur d'hirondelle
Sur le canapé du bordel
Je venais de m'allonger près d'elle
Dans les hoquets du pianola

Est-ce ainsi que les hommes vivent
Et leurs baisers au loin les suivent

Le ciel était gris de nuages
Il y volait des oies sauvages
Qui criaient la mort au passage
Au-dessus des maisons et des quais
Je les voyais par la fenêtre
Leur chant triste entrait dans mon être
Et je croyais y reconnaître
Du Rainer Maria Rilke

Elle était brune et pourtant blanche
Ses cheveux tombaient sur ses hanches
Et la semaine et le dimanche
Elle ouvrait à tous ses bras nus
Elle avait des yeux de faïence
Et travaillait avec vaillance
Pour un artilleur de Mayence
Qui n'en est jamais revenu

Est-ce ainsi que les hommes vivent
Et leurs baisers au loin les suivent

Il est d'autres soldats en ville
Et la nuit montent les civils
Remets du rimmel à tes cils
Lola qui t'en iras bientôt
Encore un verre de liqueur
Ce fut en avril à cinq heures
Au petit jour que dans ton coeur
Un dragon plongea son couteau

Est-ce ainsi que les hommes vivent
Et leurs baisers au loin les suivent
Comme des soleils révolus.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jeanne Fadosi 14/03/2015 17:00

Je n'aurais pas associé d'ange à cette chanson où "l'on n'y comprend rien" de ce qui arrive.
La version que j'ai toujours dans l'oreille est celle de Marc Ogeret . Je ne savais pas qu'elle avait été reprise autant. Je reviendrai les écouter
belle fin de semaine

eMmA MessanA 14/03/2015 17:15

Je ne connaissais pas Marc Ogeret. Je viens d'écouter sa version. Elle me plait beaucoup. Merci de me l'avoir fait connaître.

marine D 13/03/2015 14:14

Lavilliers et Ferré de belles interprétations !
Merci pour ces diverses versions du si beau poème d'Aragon !
Bisous zibous

eMmA MessanA 13/03/2015 15:03

Celle de Thomas Dutronc (trop brève à mon goût) me plait beaucoup !
Bon week-end Marine, bisous.

aln03 13/03/2015 14:12

Oui, pour les coms , c'est bon , je crois .On coche qu'on n'est pas un robot et on est bien accueilli .Bisous

eMmA MessanA 13/03/2015 15:00

Tu me fais rire ! J'aime que tu ne m'engueules pas (je pèse mes mots) car je ne suis pour rien dans cette avancée qui, je pense, était nécessaire car des "robots" nous envoyaient plein de pourriels. Avec cette obligation de déclarer que l'on n'est pas un robot (avec en plus le code captcha) on est sauvés !

Jackie 13/03/2015 14:00

Superbe, harmonie des couleurs et vie… J'aime beaucoup

eMmA MessanA 13/03/2015 14:59

Merci Jackie ! Cette ombre d'ange a bientôt 5 ans...

aln03 13/03/2015 10:58

Ton collage est fait pour cette chanson ! Bravo .
Thomas Dutronc est vraiment un chanteur que j'aime beaucoup , digne fils de Jacques Dutronc .

eMmA MessanA 13/03/2015 11:41

Oui Nicole, Thomas a son individualité propre, mais il est aussi talentueux et séduisant que son père. J'ai l'impression que son nouvel album, fort attendu, devrait être très bon.
L'interprétation de la chanson par Philippe Léotard est déchirante.
J'ai comme l'impression que la fonctionnalité des commentaires et des réponses refonctionne ! Tant mieux, ça commençait à être long...
Bisous,
eMmA