Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

eMmA MessanA, collagiste

eMmA MessanA, collagiste

Collagiste et auteure jeunesse. Des fois, je mixe les deux et même, je peux m'égarer vers un monde de poésie...


Terre promesse*

Publié par eMmA MessanA sur 2 Avril 2018, 09:43am

Catégories : #Mes gammes, #Sardaigne, #Un moment de lecture

Entre Cagliari, Buggerru et Villasimius (Sardaigne). Un clic sur l'image permet de l'agrandir © eMmA MessanAEntre Cagliari, Buggerru et Villasimius (Sardaigne). Un clic sur l'image permet de l'agrandir © eMmA MessanAEntre Cagliari, Buggerru et Villasimius (Sardaigne). Un clic sur l'image permet de l'agrandir © eMmA MessanA
Entre Cagliari, Buggerru et Villasimius (Sardaigne). Un clic sur l'image permet de l'agrandir © eMmA MessanAEntre Cagliari, Buggerru et Villasimius (Sardaigne). Un clic sur l'image permet de l'agrandir © eMmA MessanA
Entre Cagliari, Buggerru et Villasimius (Sardaigne). Un clic sur l'image permet de l'agrandir © eMmA MessanAEntre Cagliari, Buggerru et Villasimius (Sardaigne). Un clic sur l'image permet de l'agrandir © eMmA MessanA
Entre Cagliari, Buggerru et Villasimius (Sardaigne). Un clic sur l'image permet de l'agrandir © eMmA MessanAEntre Cagliari, Buggerru et Villasimius (Sardaigne). Un clic sur l'image permet de l'agrandir © eMmA MessanAEntre Cagliari, Buggerru et Villasimius (Sardaigne). Un clic sur l'image permet de l'agrandir © eMmA MessanA

Entre Cagliari, Buggerru et Villasimius (Sardaigne). Un clic sur l'image permet de l'agrandir © eMmA MessanA

#Un moment de lecture

   Je viens de terminer le dernier roman de l'auteure sarde que j'aime beaucoup, Milena Agus, *Terres promises.

   Je vous le conseille vivement.

   Voici quelques extraits qui m'ont le plus touchée, voire frappée, pour bien des raisons...

Felicita était amie avec toutes les femmes du quartier.
Il y avait entre elles un incessant va-et-vient de nourriture et de confidences. Mais les maris de ses amies ne supportaient pas que Gregorio joue du piano. Ils venaient frapper à sa porte, souvent à plusieurs, pour décréter les horaires auxquels le garçon était autorisé à jouer. Malheureusement, d’autres maris passaient ensuite, l’air tout aussi menaçant, pour imposer d’autres horaires.
Ils ouvraient leurs fenêtres et, en italien et dans diverses langues, lançaient à Gregorio les pires injures, les plus graves menaces : et l’on comprenait qu’elles concernaient surtout ses mains.
Gregorio et Felicita transférèrent le piano dans la cuisine. Ils déplacèrent la table, le buffet et la cuisinière, pour protéger l’instrument de toute vapeur. Quand il avait fini d’en jouer, Gregorio recouvrait son piano d’une couverture de pure laine.
La cuisine donnait sur une cour intérieure sombre et humide, au contraire de la pièce où Gregorio avait grandi, si lumineuse avec tout ce ciel au-dessous, dans l’odeur des embruns. Entre l’école, ses devoirs et le conservatoire, il passait alors moins de temps à jouer à la maison et personne n’y trouvait à redire.
Néanmoins, ce nouveau salon de musique lui convenait parfaitement. Indifférent à tout, il se consacrait, heureux, à sa grande passion, environné de la brumaille aux relents de chou et d’égout qui imprégnait les murs de la cour intérieure, sur laquelle ne donnaient que des cuisines et des cabinets.
Vêtu d’un vieux blouson l’hiver et, l’été, de chemisettes élimées, Gregorio sortait toujours sans parapluie et quand il pleuvait, il finissait trempé. Et depuis l’enfance, demeurait ce problème de lacets qui se défaisaient sans cesse.
On aurait dit l’incarnation même de la misère, mais quand l’un de ses proches proposait de l’accompagner en ville pour acheter de quoi étoffer sa garde-robe, il se défilait, et si d’aventure on lui donnait de l’argent pour qu’il fasse ses achats tout seul, il se hâtait de tout dépenser en partitions.

Milena Agus (in "Terres promises" (pages 117-118, aux Editions Liana Levi)

- Ecoute, Marianna, puisque personne ne la trouve jamais, cette terre promise, pourquoi ne pas s'arrêter en route, dès qu'on arrive quelque part où on se sent bien. (...)
On leur avait proposé l'Australie. Ils auraient été bien mieux en Australie ! (...)

Milena Agus (in "Terres promises" (page 173, aux Editions Liana Levi)

- Je fabrique des objets avec des choses qui ne servent plus.
- Du genre ?
- Des porte-crayons avec des rouleaux vides de papier hygiénique, des boîtes décorées à partir de vieilles boîtes (...)

Milena Agus (in "Terres promises" (page 159, aux Editions Liana Levi)

Les Collages d'eMmA MessanA, collage N°280 "La sirène du bateau", pièce unique © eMmA MessanA

Les Collages d'eMmA MessanA, collage N°280 "La sirène du bateau", pièce unique © eMmA MessanA

   Si vous souhaitez un peu mieux connaître l'auteure de Mal de pierres, je vous invite à suivre ce lien : http://www.lepoint.fr/livres/milena-agus-dans-mes-livres-les-perdants-gagnent-25-03-2018-2205352_37.php#xtor=CS2-259

Vous l'aurez compris, ce livre n'est pas juste un coup de coeur, mais un grand coup en plein coeur...

Bonnes lectures !

A bientôt,

eMmA MessanA

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

manou 16/04/2019 08:46

Merci pour cette présentation.et la video que je ne connaissais pas...je comprends que tu sois encore plus que moi touchée par cet auteur...

eMmA MessanA 16/04/2019 14:54

Sa simplicité et son talent sont un exemple...

Valentine 04/04/2018 08:18

Incroyable! Tu aurais pu être l'auteure de ce livre.
Je ne connais pas la Sardaigne mais j'aimerais beaucoup me perdre sur cette île à la découverte de ses habitants et de la nature.

eMmA MessanA 04/04/2018 08:35

Oui, Valentine, plus je tournais les pages, plus j'étais médusée. C'en était presque dérangeant ! Je vais faire lire ce livre à Florent...
Comme j'aimerais connaître Milena Agus !

Carole 03/04/2018 23:56

Merci pour ces extraits. Ce roman est dans mes fiches de lecture... à venir !
J'attends de pouvoir l'emprunter à ma bibliothèque.

eMmA MessanA 04/04/2018 08:35

D'avance, je vous souhaite une très belle lecture, Carole.

gazou 02/04/2018 11:41

Merci de nous parler de ce livre, je le lirai très certainement

eMmA MessanA 02/04/2018 13:50

Tu nous diras ton ressenti, Gazou ?
Bonne lecture.

almanito 02/04/2018 11:23

C'est donc son fils qu'on entend sur la vidéo.
Tes extraits m'ont convaincue, j'aurais voulu poursuivre ce qui veut dire que dès demain j'irai faire une visite à ma librairie préférée. Ca tombe bien je suis dans ma période sarde;)

eMmA MessanA 02/04/2018 13:49

Oui, Alberto Pibiri est le fils pianiste de jazz de Milena Agus.
Dans "Terres promises", la figure du fils pianiste est incarnée par le personnage attachant de Gregorio. Il y a souvent un fils prodigue en la personne d'un pianiste dans les livres de cette romancière.
J'espère que tu aimeras ta lecture, toi Alma, la spécialiste en devenir de la Sardaigne...

Nous sommes sociaux !

Articles récents