Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

eMmA MessanA, collagiste

eMmA MessanA, collagiste

Collagiste et auteure jeunesse. Des fois, je mixe les deux et même, je peux m'égarer vers un monde de poésie...


Fading

Publié par eMmA MessanA sur 4 Mai 2018, 16:06pm

Catégories : #Mes gammes, #Un moment de lecture

   J'aime beaucoup cette notion de "fading" qu'elle soit mentale, technologique ou poétique.

   Empreinte d'une ineffable douceur, sorte d'effilochement des sens et de la conscience, elle ouvre vers un retour à soi... C'est comme si, peu à peu, un brouillard ouaté contre lequel vous ne pouvez ou ne voulez lutter vous envahissait et lentement vous emportait vers un ailleurs tendre et bienveillant, vers votre propre poésie.

Pour plus d'informations autour de ce poème d'Aragon tellement magnifiquement interprété par Feu ! Chatterton, vous pouvez suivre ce lien vers histgeobox : ici

Belles et bonnes lectures autour de mes gammes, celle-ci est l'une de mes préférées du moment...

A bientôt,

eMmA MessanA

Feu ! Chatterton, Zone Libre

Extrait du merveilleux album L'Oiseleur

Auteur, Louis Aragon

Compositeurs, Arthur Teboul - Sébastien Wolf - Clément Doumic - Antoine Wilson - Samy Osta - Raphaël de Pressigny

Fading de la tristesse oubli
Le bruit du cœur faiblit
Et la cendre blanchit la braise
J'ai bu l'été comme un vin doux
J'ai rêvé pendant ce mois d'août
Dans un château rose en Corrèze
 
Qu'était-ce qui faisait soudain
Un sanglot lourd dans le jardin
Un sourd reproche dans la brise
Ah ne m'éveillez pas trop tôt
Rien qu'un instant de bel canto
Le désespoir démobilise
 
Il m'avait un instant semblé
Entendre au milieu des blés
Confusément le bruit des armes
D'où me venait ce grand chagrin
Ni l’œillet ni le romarin
N'ont gardé le parfum des larmes
 
J'ai perdu je ne sais comment
Le noir secret de mon tourment
A mon tour l'ombre se démembre
Je cherchais à n'en plus finir
Cette douleur sans souvenir
Quand parut l'aube de septembre
 
Mon amour j'étais dans tes bras
Au dehors quelqu'un murmura 
Une vieille chanson de France
Mon mal enfin s'est reconnu
Et son refrain comme un pied nu
Troubla l'eau verte du silence
 
Feu ! Chatterton est déjà venu dire sa poésie dans ce blog ici
Pierre Seghers avec Aragon et Elsa Triolet à Villeneuve-lès-Avignon à la fin de l'été 1941. Par Pierre Seghers [CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], de Wiki C.

Pierre Seghers avec Aragon et Elsa Triolet à Villeneuve-lès-Avignon à la fin de l'été 1941. Par Pierre Seghers [CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], de Wiki C.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

erato 06/05/2018 19:08

Merci pour le lien très intéressant .
J'aime beaucoup Aragon , un très beau poème.
Belle soirée, bises eMmA

eMmA MessanA 08/05/2018 10:51

Oui, il est d'une grande intelligence et très bien écrit. Je le recommande.
Dans mes années lycée, je suis arrivée à Aragon grâce à Jean Ferrat. Une claque !
Passe une journée agréable.
Je t'embrasse,
eMmA

Bonheur du Jour 06/05/2018 06:27

Je ne sais pas tout à fait cette notion de fading. Mais j'aime beaucoup les poèmes d'Aragon et regarder une photo d'Elsa et lui est toujours un plaisir.
Bon dimanche.

eMmA MessanA 06/05/2018 09:39

un peu de définition poétique dans cette chanson et dans les liens vers Aragon avec ce poème magistral...
Beau dimanche à vous.

Nous sommes sociaux !

Articles récents