Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

eMmA MessanA, collagiste

J'observe, j'imagine, je compile, je froisse, je déchire et je colle des fragments de toutes sortes de papiers. J'aime fixer l'éphémère pour qu'une fois transformé et assemblé en pièce unique, il raconte une tout autre histoire, intemporelle. J'aime toutes les couleurs, surtout celles qui chantent et sont propices aux rêves les plus fous.... Tous droits réservés © eMmA MessanA

#25 novembre

Tous mobilisés contre les #ViolencesFemmes : une infographie à diffuser

#25novembre

Ces trois chansons, pour vous, les Marie, les Céline, les Pauline, les Anne-Sophie, les Aurélie, et toutes les autres d'ici ou d'ailleurs...

#25novembre

La-dame-de-coeur-perdue.jpg

Photo, Merlin Jourdemain. Laos, janvier 2009

"Si l'on demandait à un citoyen pris au hasard ce que signifie pour lui le 25 novembre, nul doute que cela ne lui évoquerait pas grande chose sauf peut-être la Sainte Catherine s'il a gardé en mémoire de vieilles traditions... C'est pourtant la date choisie par les Nations Unies pour célébrer la Journée Internationale pour l'Elimination de la Violence contre les Femmes."

« Dans le monde entier, des millions de femmes et de filles sont agressées, battues, violées, mutilées ou même assassinées, victimes en cela de violations choquantes de leurs droits fondamentaux. [...] nous devons remettre en cause les fondements mêmes de la culture de discrimination qui permet à la violence de se perpétuer. À l’occasion de cette Journée internationale, je demande à tous les gouvernements de tenir l’engagement qu’ils ont pris de faire cesser toutes les formes de violence contre les femmes et les filles dans toutes les régions du monde, et j’exhorte tout un chacun à soutenir la réalisation de cet objectif important. »

Message de M. Ban Ki-Moon, Secrétaire général de l'ONU, 25 novembre 2012
 

** 

Numéro gratuit  : 39 19 pour les victimes ou témoins de violence

"Le téléphone est une arme

 

Liens utiles :

Fédération Nationale Solidarité des Femmes
www.solidaritefemmes.asso.fr

www.stop-violences-femmes.gouv.fr 

SOS victime 93
5, rue Carnot
93000 Bobigny

Voir également le traitement fait en Belgique via un court-métrage du traitement de la maltraitance psychologique : http://harcelementmoral.wordpress.com/2013/03/24/fred-et-marie-le-spot-qui-denonce-les-pervers-narcissiques/

eMmA MessanA

 

Un clic sur le lecteur plus bas ou la vidéo, pour écouter Je passais par hasard  interprétée par Yves Jamait

Yves Jamait, Je passais par hasard

Extrait de l'album Je passais par hasard (Wagram 2008)

Je passais par hasard

Je passais pour vous voir
Pour retrouver un peu
De ces amitiés rares
Qui fondent les espoirs
D´un "c´est possible à deux"

Je passais par hasard
Je passais pour vous voir
Pour retrouver un peu
De ces amitiés rares
Qui fondent les espoirs
D´un "c´est possible à deux"
Et je trouvais charmant,
Idéal et bluffant
De vous voir amoureux
Bien que de temps en temps
C´en était presque chiant
De vous sentir heureux

C´est dans cet esprit-là
Que je franchis le seuil
De cette jolie maison
Née d´un désir nuptial
Mais là, je reste coi
Interdit sur l´écueil
Qui brise la passion
En horreur conjugale

Nous voilà tous les deux
Accablés de silence
Je cherche en vain les mots
Qui pourraient te porter
Effacer tous ces bleus
Enfin, des mots qui pansent
Et se glissent sur ta peau
Aux pores terrorisés

Mes mains de mâle honteux
Tremblent de te toucher
Je m´approche quand même
Et te prends dans mes bras
Tu t´enfouis dans le creux
De mon cou pour pleurer
Tu dis "c´est la énième fois
Qu´il me fait ça"

Et que ça fait longtemps
Déjà qu´il te dérouille
Tant il est persuadé
Que tu dragues au passage
Et son regard qui ment
Te fait crever de trouille
Quand il vient soulager
Avec ses poings sa rage

Si ses poings n´suffisent pas
Il frappe avec les pieds
Quand, tombée sur le sol
Comme une bête inerte,
Tu caches de tes bras
Ton visage tuméfié
Alors, le coup de grolle
N´en est que plus alerte
Alors, le coup de grolle
N´en est que plus alerte

Je ne reconnais pas
A travers cette ordure
Celui que j´ai aimé
Qu´aujourd´hui je vomis
Il était pas comme ça
Enfin, j´en suis plus sûre,
Il faut l´avoir été
Pour être aussi pourri

Je passais par hasard
Je passais pour vous voir
Pour retrouver un peu
De ces amitiés rares
Qui fondent les espoirs
D´un "c´est possible à deux"

Viens
Je n´ai que ma tendresse
Viens, viens, viens là contre moi
Viens
Et pour que tout ça cesse
Viens, je t´emmène avec moi

Je passais par hasard
Je passais pour vous voir
Pour retrouver un peu
De ces amitiés rares

 

Un clic sur le lecteur plus bas, pour écouter Où vis-tu Pauline ?  interprétée par Yves Duteil qui durant ses concerts, juste avant de commencer cette chanson, précise  "Cet homme, il a réussi, c'était un battant !"

Où vis-tu Pauline à présent ?

Est-ce que tu t'appelles autrement ?

Quatre fois les roses ont fleuri
Depuis que tu n'as plus écrit

Ta maison reste inoccupée
Comme ta place à nos côtés
Bien souvent tu nous as manqué
Ton silence a laissé les clefs

Au village ici, tout va bien
Hélène y croit de moins en moins
Mais elle prépare encore pourtant
L'anniversaire pour les enfants

Comment fait-on pour retrouver
Quelqu'un qui veut vivre caché
Pour échapper à son passé
Quand nul n'a pu la protéger ?

Les femmes ont-elles une autre issue
Quand elles sont menacées, battues
Que de se fondre dans la nuit
Pour espérer rester en vie ?

Mais peut-être aurait-il suffi
Qu'on regarde d'un peu plus près ta vie

Tu as résisté, combattu
Assumé, fait face et tenu
Devant la honte et la souffrance
Jusque dans l'indicible outrance

Tu t'étais presque résignée
Lorsque la mort s'est approchée
Il s'en est fallu d'un instant
Mais pour l'amour de tes enfants

Tu as appelé au secours
En supposant, dans ce recours,
Que ton calvaire allait finir
Mais le pire était à venir

Et c'est toi qui as dû t'enfuir
En laissant là tes souvenirs
Couper les ponts vers le présent
T'arracher à ta vie d'avant

Abandonner tous tes amis
Les protéger peut-être aussi
Contre la violence ordinaire
Sans que quiconque ait rien pu faire

Pour toi-même et pour les petits
Exposés à la peur ici
Disparaître était ta seule chance
Pour continuer votre existence

Où vis-tu, Pauline, à présent ?
Fais-nous signe si tu m'entends
Quatre fois les roses ont fané
Depuis que tu nous as quittés

Ta maison reste inoccupée
Comme ta place à nos côtés
Bien souvent tu nous as manqué
La violence a laissé les clefs

Mais sans doute aurait-il suffi
Qu'on regarde d'un peu plus près ta vie

 

Un clic sur le lecteur plus bas, pour écouter Femmes battues interprétée par Pierre Perret

Pierre Perret, Femmes battues

Tabassée a mort par amour,
Parait qu'c'est courant de nos jours
Le métier d'épouse n'est pas sûr
Quand on est la femme d'un vrai dur.
Mais celle qu'il appelle sa traînée
D'infidélité soupconnée
A pourtant aimé ce débris
Qui la frappe a bras raccourcis.

Oui c'est à toutes les femmes battues
Qui jusqu'à présent se sont tues
Frappées à mort par un sale con,
Que je dédie cette chanson.

Au commissariat du quartier
La femme tuméfiée et l'époux
Sont debout devant le brigadier
Qui soupire et dit : "encore vous !
Votre mari présent, chère madame,
Prétent qu'vous l'avez bien cherché,
Pourquoi faire alors tout un drame ?
Vous n'êtes pas tell'ment amochée !"

Oui c'est à toutes les femmes battues
Qui jusqu'à présent se sont tues
Frappées à mort par un sale con,
Que je dédie cette chanson.

Il prétend qu'vous êtes économe
Du tissu qui cache vos rondeurs
En vous corrigeant, c'est en somme
Qu'il apaise un peu sa rancoeur.
Rentrez tous les deux vous coucher
Ca va s'régler sur l'oreiller
Les voisins n'vont pas protester
En d'vinant pourquoi vous criez !

Oui c'est à toutes les femmes battues
Qui jusqu'à présent se sont tues
Frapées à mort par un sale con,
Que je dedie cette chanson.

Tant qu'les voies de fait sont bénignes
Des blessures ouvertes ou des bleus,
Pour nous, policiers, la consigne
C'est de n'pas sévir pour si peu.
S'il vous étouffait sous la couette,
S'il vous étranglait de ses mains,
Nous pourrions ouvrir une enquête,
Vous n'seriez pas morte pour rien !

Oui c'est à toutes les femmes battues
Qui jusqu'à présent se sont tues
Frappées à mort par un sale con
Que je dedie cette chanson.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

eMmA MessanA

J'aime le chocolat, la Sardaigne, les p'tits papiers (ceux de Gainsbourg, les colorés, les tout collés), les histoires, les mots doux, sucrés, salés, poivrés, les belles voix, marcher, chanter, la pluie, le soleil, et la tête alouette !
Voir le profil de eMmA MessanA sur le portail Overblog

Commenter cet article

LADY MARIANNE 25/11/2015 13:48

merci pour cette info , la journée contre la violence faite aux femmes-
Il y a déjà tellement de journées---
une seule journée c'est bien peu- il faut des campagnes toute l'année-
bonne journée-

Jeanne Fadosi 25/11/2015 09:53

Merci eMmA

eMmA MessanA 01/12/2015 09:44

...

marine D 25/11/2015 09:31

Magnifiques témoignages de ces hommes de coeur, comme il en faudrait davantage,merci eMmA, c'est très émouvant, bien sûr... Comment supporter tout cela !
Je t'embrasse et te dis bonne journée

eMmA MessanA 01/12/2015 09:46

De chansons, de la musique, des mots pour témoigner sur l'insuportable. Demeurer éveillés et combattre chacun à sa manière.
Je t'embrasse Marine.
eMmA

Jeanne Fadosi 26/11/2013 16:36


Excellent en effet ce court-métrage ! et tellement emblématique d'une certaine réalité.


Dans ce domaine certaines femmes ne sont pas en reste non plus

eMmA 26/11/2013 21:39



 


Oui Jeanne, il est exact qu'on se doit de se souvenir que des femmes sont aussi capables de harcèlement...


 



Plume 25/11/2013 18:48


Je ne connaissais que la chanson d'Yves Jamais, merci eMmA d'avoir diffusé celles d'Yves Duteil et Pierre Perret, ce regard porté par des hommes sur des brutes fait de leur témoignage et leur cri
un combat éloquent. Il est celui de toutes les femmes qui refusent, dénoncent, agissent, pour que l'irrémédiable ne se produise jamais. 


Merci pour les messages et les coordonnées d'appel, ils rappellent les droits et les devoirs de chacun puisqu'à chaque instant nous pouvons être confrontés à ces  situations dramatiques.


Bisous, Plume .


 


 


 

eMmA 25/11/2013 19:25



 


Difficile d'orienter une connaissance concernée pour qu'elle se sorte de ce cycle infernal, car oui, il y a la peur, mais également, aussi invraisemblable que cela puisse paraître, il y a l'amour
et l'espoir farouche que tout cela va cesser un jour !


Heureusement que ce numéro existe car il délivrera certainement des femmes de cet enfer, à temps.


 


Bonne soirée Plume.


eMmA


 


 



marine D 25/11/2013 16:00


Eh oui...
Jeanne-Catherine c'est aussi le prénom de ma maman née un 25 novembre , et partie

eMmA 25/11/2013 19:21



 


Joli prénom. J'espère qu'elle a eu une vie heureuse.


 



tilk 25/11/2013 14:28


j'ai vécu ça en tant qu'enfant ...c'est terrible de voir sa mère avoir peur de son père


mais comment peut on être capable de faire ça...


besos


tilk

eMmA 25/11/2013 19:20



J'espère que ta mère a pu s'en sortir et que tu as pu te construire malgré tout.


Ta peinture en est probablement marquée.


 


Baci,


eMmA


 



Jeanne Fadosi 25/11/2013 10:03


je croyais connaitre tout le répertoire de Pierre Perret. Merci de me faire découvrir cette chanson. Sans doute n'est-elle pas beaucoup passée à la radio.


Yves Jamait, je connais. Ces textes sont toujours percutants et il trace sa carrière en marge avec un succès qui lui convient.


cette chanson est une formidable ambassadrice de ce que les hommes (ceux qui majoritairement se comportent bien) peuvent faire pour faire reculer la violence.


Celle d'Yves Duteil soulève un autre problème moins rare hélas qu'on peut le penser, celui des femmes qui doivent fuir leur ex violent car ils ne renoncent pas. Il ne suffit pas toujours de se
séparer pour que la violence s'arrête !!!


merci pour cet article qui me touche tu l'imagines bien


merci pour Anne-Sophie et toutes les autres, et surtout les vivantes, pour qu'elles le restent


 

eMmA 25/11/2013 19:17



Oui, en effet, j'ai rectifié Jamait...


Il commence à être de plus en plus connu. Sa chanson est très forte et courageuse.


J'ai ajouté un lien vers un excellent court-métrage belge qui pose le problème de façon plus insidieuse : pas de coups, mais une torture morale qui détruit et asservi au quotidien.