Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
eMmA MessanA, collagiste

J'observe, j'imagine, je compile, je froisse, je déchire et je colle des fragments de toutes sortes de papiers. J'aime fixer l'éphémère pour qu'une fois transformé et assemblé en pièce unique, il raconte une tout autre histoire, intemporelle. Tous droits réservés © eMmA MessanA

Apprendre la frustration...

Je l'ai souvent dit, mais j'aime à le répéter, à APRES SCHOOL, nous recevons autant et même plus que ce que nous donnons aux enfants, nous apprenons autant et même plus que ce que nous pouvons leur apporter.

JM et moi ne sommes pas des spécialistes de l'éducation, pas plus que nous ne sommes avertis des grands principes de la psychologie enfantine.

Nous apportons juste une petite pierre à l'édifice, tout en tâchant de demeurer le plus attentifs à leur monde à eux. Ce fut le cas en janvier 2011.
" You will not know who I am

By listening to yourself " *

Extrait de la Prière de l'Etudiant" de Maturana

(cf. article du quotidien The Hindu du 12 novembre 2009)

En jouant avec les enfants, en les observant jouer, nous avons mieux appris à les connaître.

Ainsi, nous avons pu mesurer tout le chemin parcouru (et qu'il reste encore à parcourir) en ce qui concerne leur relation à autrui, leur capacité à canaliser leur énergie en se concentrant sur une seule activité à la fois, leur conscience de leurs besoins et du respect de l'autre.

Nous nous sommes rendu compte que le plus difficile pour eux, c'est l'acceptation d'en passer par un moment -même très court- de frustration, avant d'obtenir ce qu'ils convoitent.

Attendre que l'autre consomme (ici un jeu) pendant que l'on attend qu'il ait fini, voilà la grande affaire, pour ces enfants qui n'ont connu que la rue, où leurs réflexes de survie étaient d'obtenir, là, tout de suite, ce qu'ils voulaient.

Ces enfants, pour certains, étaient encore dans des communautés de chasseurs il y a peu de temps. 

Dans cet environnement, l'immédiateté devait forcément prévaloir, sinon, le temps qu'ils se fassent la politesse de proposer à l'autre de cibler une proie, le volatile ou autre gibier aurait eu détalé depuis longtemps !

Nous avons pu constater que certains n'ont pas perdu la main et qu'ils savent vraiment très bien viser ou qu'ils adorent mettre en pièce un jeu pour en comprendre tous les rouages...

Nous comprenons donc que l'apprentissage de nouveaux "codes" basés sur la patience et une certaine frustration ne soit pas tout à fait naturel et qu'à notre tour, il nous faut apprivoiser notre idée de les voir déjà se comporter autremement.

 

Des spécialistes me diraient sans doute qu'il est nul besoin d'aller dans le Tamil Nadu pour observer ce type d'attitude et que dans nos cours de récréation occidentales, c'est aussi souvent la loi de la jungle. N'empêche...

Nous avons donc dû batailler ferme durant les acivitiés de plein air toutes simples que nous avons proposées aux enfants.

Nous avions apporté des raquettes, des ballons de baudruche, des flacons pour faire des bulles de savon, des petits poissons en plastique pour la pêche miraculeuse, des cartes, des dominos, des babioles...

Nous imaginions constituer plusieurs groupes et proposer une activité par groupe, pendant un laps de temps suffisant pour qu'ils profitent bien de l'activité, mais sans toutefois que la durée en soit trop longue pour éviter la lassitude.

Cela semblait simple, mais pourtant, dans 99% des cas, dès qu'un enfant avait passé son tour, hop, il filait vers une tout autre activité, au lieu d'attendre que son tour revienne au sein de son même groupe !

Et alors, à peine arrivé dans le nouveau groupe, il arrivait fréquemment que l'enfant s'octroie le jeu de l'autre, car il pensait légitimement "y avoir droit"...

  P1040982-copie-1.JPG

S-Suria-bulles-de-savon-2.JPG

P1050025.JPG

P1050026.JPG

C'est à moi ! C'est mon bébé. Na.

P1050007.JPG

Après force explications, nous y sommes parfois parvenus et j'avais grand plaisir à regarder au loin un petit groupe calme, jouant tranquillement, sans que nous ayons sans arrêt besoin d'intervenir pour que chacun puisse jouer sans être lésé.

 

P1040990

P1050011.JPG

Je pense que c'est JM qui a le mieux réussi avec l'activité pêche à canaliser leur énergie et leur constant besoin de changement.

Il est vrai que pour parvenir à pêcher les poissons, il fallait en passer par de la concentration, de l'attente, du calme.

D'abord, alller chercher un seau d'eau :

P1050040.JPG

Puis montrer l'exemple (la photo suivante où JM tient la canne à pêche a été censurée, j'ignore pourquoi...) :

P1040989.JPG

Arbitrer :

P1040983.JPG

Faire patienter (voyez l'oeil noir de la petite Ruthika) :

P1040975.JPG

Dans la bonne humeur :

P1040987.JPG

Voilà, plus besoin d'adulte, ils ont compris et même, ils s'entraident :

P1040999.JPG

Leur sourire, une belle récompense :

P1050063.JPG

Il est amusant de constater que les dominos ont finalement plutôt servi de jeu de construction ...

Allez, clin d'oeil à qui saura le lire : la prochaine fois, nous apporterons des yoyos !

Ce fut une belle et riche expérience, comme tout ce que nous avons pu partager avec les enfants et avec des bénévoles présents sur place avec lesquels nous avons passé de très bons moments (Karine, Sara et Patrice).

La gentille et très pro Karine et son atelier perles et plein d'autres activités.

P1050068.JPG

P1050069.JPG

Technique ancestrale et éprouvée (le double fil est noué autour du gros orteil)

  P1050073-copie-1.JPG

© photos eMmA MessanA

A bientôt,

eMmA MessanA

* Tu ne sauras jamais qui je suis, si tu ne fais que t'écouter toi-même"

Bonne nouvelle, vous aussi vous pouvez nous rejoindre pour aider les enfants d'APRES SCHOOL !

Parrainage-1-800x300.jpg

Les différentes possibilités sont à la fois simples et variées :

- parrainer régulièrement un ou plusieurs enfants en créant une relation privilégiée avec l'enfant et en choisissant d'y consacrer 1 ou 2 € par jour (*)
- parrainer l'école plutôt qu'un enfant en particulier (*)
- faire un don spontané qui financera petits ou grands projets (une activité, un programme, une construction...) (*)
- devenir volontaire et/ou stagiaire quels que soient vos talents ou compétences
- parler d'APRES SCHOOL à votre entourage, amis, collègues, voisins, commerçants...
Bien sûr, vous avez le droit de cumuler ces possibilités !

Si vous souhaitez un complément d’informations, je suis à votre disposition : contactez-moi via ce formulaire lien
(*) 66% du montant de vos dons sont directement déductibles de votre impôt, dans la limite de 20% de votre revenu net imposable (conditions générales prévues à l’art. 200 du Code Général des Impôts). Ainsi, un don de 100€, par exemple, ne vous revient qu'à 34€ après déduction fiscale (un reçu fiscal vous sera délivré).

Cette note, comme toutes celles relatives à #ApresSchool que je rédige ici, est une note informelle.

Elle est celle d'une marraine et amie d'APRES SCHOOL et bien évidemment, le site de l'école est un "incontournable" (lien), comme l'est le Blog A Part du Président de l'Association #Apres, Yves Duteil (lien).

Commenter cet article

Littorine 30/01/2011 08:57



Merci eMmA d'avoir développé cette observation sur les enfants, je crois sincèrement que chez nous aussi cette approche de la frustration aurait besoin d'être développé pas pour les mêmes
raisons là bas c'est un instinct de survie qui les poussent à...ici c'est l'opposébeaucoup ont tout avant de l'avoir désiré, le résultat est peut-être encore pire, car justement ils n'ont pas le
désir qui les habitent, mais le désenchantement, ils n'ont pas les yeux brillants et le sourire à la moindre proposition d'activité...je ne me sens pas à l'aise de faire cette comparaison en
sachant que ces enfants viennent de la rue et n'ont rien...mais c'est ce que j'ai pu constater au niveau "frustration" autour de moi, depuis déjà de nombreuses années et nous faisons une société
de désenchanté. Bref ! Bon dimanche à toi et JM  



eMmA 30/01/2011 10:53



Je pense qu'il existe tout de même des parents qui ont bien compris cela ici en Occident et j'en connais qui savent (ou ne peuvent) ne pas céder à toutes les envies de leurs enfants, toàut en
leur expliquant bien pourquoi.


C'est vrai qu'il est difficile, voire hasardeux, de vouloir comparer les comportements, mais fondamentalement, les hommes et donc les enfants réagissent finalement un peu tous de la même manière.


C'est bien ce qui prouve que nous sommes citoyens du monde !


Bon diMAnche,


eMmA



mighe 29/01/2011 20:40



C'et vrai, Emma, que tu as sûrement plus reçu que tu n'as donné....Et pourtant, l'ancieenne


enseignante que je suis, sait bien toute l'abnégation que tout cela peut demander!


Peu importe, tu as certainement été récompensée au centuple


Je suis "passionnée"  par tes compte-rendus; à dire vrai, je t'envie.


Alors, raconte...raconte encore....


Bonne nuit! Je suis sûe que tes rêves sont peuplés d'enfants heureux!



eMmA 30/01/2011 08:20



Merci Mighe, pour ta réaction.


Elle me donne très envie de vous raconter encore, dès que possible. C'est un plaisir, et un honneur de pouvoir le faire et surtout de partager avec vous qui ne pouvez pas forcément vous frendre
sur place. Et c'est aussi important pour moi de lire vos réactions...


Bon week-end,


eMmA



La Lutinière 29/01/2011 19:34



Avec les enfants, surtout ceux que la vie a malmenés, on fait souvent l'expérience de l'arroseur arrosé, ou plutôt de "l'enseignant enseigné". Si on est capable de s'ouvrir, de renoncer
humblement à sa croyance de "supériorité " sur l'autre, on reçoit alors infiniment plus que tout ce qu'on croyait donner.


Parfois, les "victoires" sont toutes petites: ce peut être un enfant qui donne son premier sourire, un autre qui apprend à regarder en face au lieu de garder les yeux toujours baissés de peur de
recevoir un coup, un autre encore, comme tu le décris, qui apprend à différer son désir, à faire de la place à l'autre, à respecter une règle... Ce sont d'infimes détails, mais ils sont sans
prix.



eMmA 30/01/2011 08:24



Merci pour ton regard avisé. Il va tout à fait dans le sens de nos observations de néophythes.


Ces petits-là, ils nous manquent déjà...


 



télos 28/01/2011 06:39



la souffrance les laisse un peu en deçà..un peu méfiants..ils se donnent en prenant un peu plus de temps



eMmA 28/01/2011 10:04



Ils sont toutefois conscients d'avoir de la chance de vivre à APRES SCHOOL...



Andrée 27/01/2011 22:44



Ton article est extraordinaire et plein d'enseignement .Il faut savoir s'adapter aux conditions de vie de ces enfants et s'intégrer à leur fonctionnement. C'est merveilleux de voir cette patience
et ce sourire , merveilleuse récompense . Bonne soirée, bises eMmA



eMmA 28/01/2011 10:11



Merci Andrée.


Tu sais, nous n'avons fait que passer, et les enseignants sur place sont formidables. C'est à eux que revient tout le mérite de faire grandir ces enfants.


A bientôt,


eMmA



cyrianne 27/01/2011 22:37



Merveilleux voyage...merveilleux enfants...qu'ils jouent...surtout, qu'ils jouent dans la paix et grandissent dans l'amour...


Bonne soirée, Emma


Cyrianne



eMmA 28/01/2011 10:13



C'est l'un des droits des enfants que je préfère.


Sans le jeu, il est difficile pour un enfant de s'accomplir vraiment.


A bientôt,


eMmA



EasyDoor 27/01/2011 21:51



Incroyable tu as une vision extralucide. J'ai lu ton message lr jour où j'ai ralumé l'ordi.


Merci pour tes visites, bonne soirée et a bientôt



eMmA 28/01/2011 09:07



Oui, c'est très connu dans mon entourage....


Bon retour et bon courage !


eMmA



Danielle 27/01/2011 21:11



Je viens de regarder ... trois fois ton reportage, observé avec attention ces visages enfantins, leurs activités. Il ne doit pas être facile d'éviter la dispersion de ces enfants, impatients et
débordants d'énergie, difficile de changer leur comportement impulsif. Il reste tant de chemin à parcourir pour leur apprendre à contenir leur instinct. Le regard de la petite Ruthika en dit
long sur son caractère, elle est petite mais ... impatiente !!! Il faudra certainement beaucoup de temps et de patience, de persévérance mais la joie du résultat obtenu sera immense. Quelle
récompense pour tous ceux qui s'investissent dans cette tâche magnifique, et quel enrichissement dans leur vie, dans leur coeur ! Je t'embrasse eMmA. Danielle



eMmA 28/01/2011 10:12



Tu as tout compris....


Merci Danielle de si bien nous lire.


eMmA



valentine 27/01/2011 11:44



Votre observation et votre regard extérieur est très intéressant, merci de nous le faire partager, c'est important de comprendre. On sent chez les enfants l'urgence de l'instant à
satisfaire leur propre besoin. J'imagine qu'il faut énormément de souplesse, d'imagination et d'esprit d'ouverture aux éducateurs qui eux aussi doivent se sentir parfois frustrés! Sans doute
de nouveaux codes à inventer pour ce long apprentissage qui promet de très belles récoltes à venir. Laissons du temps au temps....


Chapeau bas et merci à vous deux pour votre investissement, les mains dans le cambouis (ton image parle d'elle-même Emma). Je suis admirative.



eMmA 27/01/2011 12:08



Je rends à César.... c'est Lionel qui utilise toujours cette expression...


Pas liu d'être admirative, juste solidaire (mas ça je sais que tu l'es) !


Bises,


eMmA



Ma liste de lecture