Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

eMmA MessanA, collagiste

J'observe, j'imagine, je compile, je froisse, je déchire et je colle des fragments de toutes sortes de papiers. J'aime fixer l'éphémère pour qu'une fois transformé et assemblé en pièce unique, il raconte une tout autre histoire, intemporelle. J'aime toutes les couleurs, surtout celles qui chantent et sont propices aux rêves les plus fous.... Tous droits réservés © eMmA MessanA

"Fou, peut-être", Julien Clerc. Un autre voyage...

   Cette histoire de paternité écrite sur mesure par Maxime Le Forestier pour Julien Clerc, jeune papa tournant autour d'une belle soixantaine, m'a fait partir vers un autre voyage, empreint lui aussi de filiation...

DSC00328.JPG

"Je regarde passer les ruines

Eparpillées sur le rivage (...)"

DSC00279

"Ce rêve me revient souvent (...)"

DSC00104.JPG

DSC00163.JPG

DSC00166.JPG

"Ils sont si doux ces bras de mer

Que je m'y love

Que je m'y perds"...

DSC00172

DSC00174.JPG

DSC00290.JPG

"Ils sont si doux ces bras de mer

que je m'y perds

et que j'aime ça"

DSC00320.JPG

DSC00164.JPG

"Et je me dis que ça me plait (...)

que la mer ait des dents de lait"

DSC00167.JPG

Dunes-Sardaigne.JPG

"C'est l'eau qui va lisser mon front

Et rendre serein mon visage"

Toutes ces photos ont été prises lors d'un voyage "pèlerinage" autour de la ville de naissance de mon grand-père Sauveur Frau, en Sardaigne.

Un jour, peut-être, j'irai à la rencontre du pays de mon autre grand-père, Pierre Messana, en Sicile... avant "l'inévitable naufrage"...

Et pour conclure, voici l'un de mes collages, hommage à la naissance, L'empreinte de l'ange.

N° 23 L'empreinte de l'ange

© eMmA MessanA

Paris XIème, août 2008, N°23 L'empreinte de l'ange

Collage sur papier dessin 24 X 32 cm
Fragments de papiers provenant de divers magazines
Vendu durant l'expo à l'Espace Kaméléon à Montparnasse, novembre 2008
Vit à Meudon

A bientôt,

eMmA MessanA

Fou, peut-être, Julien Clerc

Extrait de son 22ème album sorti le 7 novembre 2011

Paroles, Maxime Le Forestier

Musique, Julien Clerc

Je regarde passer les ruines
Éparpillées sur le rivage
Avant que le jour ne décline
Je nage

Ce rêve me revient souvent
D'un inévitable naufrage
Dont je serais seul survivant
Je nage

Fou peut-être
Et fier de l'être
Ils sont si doux ces bras de mer
Que je m'y love que je m'y perds
Fou peut-être
Et fier de quoi ?
Ils sont si doux ces bras de mer
Que je m'y perds et que j'aime ça

C'est l'eau qui va lisser mon front
Et rendre serein mon visage
Les années glissent et glisseront
Je nage

Et je me dis que ça me plaît
A l'heure qu'il est et à mon âge
Que la mer a des dents de lait
Je nage

Fou peut-être
Et fier de l'être
Ils sont si doux ces bras de mer
Que je m'y love que je m'y perds
Fou peut-être
Et fier de quoi ?
Je n'ai suivi que des chimères
Fortune de terre et par moi
Ils sont si doux ces bras de mer
Que je m'y love que je m'y perds
Fou peut être
Et fier de quoi ?
Ils sont si doux ces bras de mer
Que je m'y perds et que j'aime ça

Pour retrouver d'autres chansons de Julien Clerc dans la playlist d'eMmA, cliquez sur le titre d’une note :

madame

Maxime au Casino de Paris : c'est lui le cadeau !

 Site de Julien Clerc : link

 Page facebook de Julien Clerc : link

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

eMmA MessanA

J'aime le chocolat, la Sardaigne, les p'tits papiers (ceux de Gainsbourg, les colorés, les tout collés), les histoires, les mots doux, sucrés, salés, poivrés, les belles voix, marcher, chanter, la pluie, le soleil, et la tête alouette !
Voir le profil de eMmA MessanA sur le portail Overblog

Commenter cet article

alighieridante 31/05/2012 19:54


Voilà une petite pensée, inspirée de vos belles photos:


Il y a là une demeure qui jadis a pris peine à s’élever, croyant sans craindre que la mer l’abreuve de raisons d’espérer. Dans l’heure matinale de la plus belle saison, je vois le rivage prendre
parure d’une voile que le soleil à prit pour compagne et lorsque j’ai rebroussé chemin, le point de l’horizon le plus haut me fit signe  de prendre repos. Ô mon âme, dis-je au vent qui
venait, ne vois-tu pas que nul homme ne peut marcher sans cette lumière! Et comme à bout de souffle,  regardant cette pente qui glissait sous moi, je me vis entouré d’une impénétrable folie.
Je me mis à lui crier de prendre pitié de ma peine, mais cette mesure qui ne prend forme quand tout semble périr, réclame un dû que beaucoup d’entre nous laisse aller pour ne point l’affronter.
Ainsi le poète a formé ses mots et s’il avait pu dire tout l’amour qu’il avait de nous, il aurait délaissé un temps le Parnasse et se serait jeté doucement à la mer.

Littorine 15/11/2011 21:31



Je découvre cette chanson avec grand plaisir, Julien Clerc, j'aime ! Superbement illustrée cette chanson. Et l'empreinte de l'ange est aussi une belle création. Bonne soirée eMmA



eMmA 15/11/2011 22:55



Oui, l'association du talent  de mélodiste de Julien Clerc avec l'écriture de Maxime Le Forestier donne un résultat très émouvant.


Merci pour l'appréciation des illustrations en images !


A bientôt Littorine,


eMmA



lenez o vent 15/11/2011 18:01



merci pour ce beau partage


bisous



eMmA 15/11/2011 19:58



Avec plaisir..



mighe 12/11/2011 19:50



Coucou, Emma,


Est-ce "ma mer", celle qui est juste en face de ma maison....où est-ce celle que nous découvrons après avoir traversé le détroit de Bonifacio?


C'est la  même, et pourtant si  différente selon les périodes de notre vie....ou au gré de notre coeur...


Est-ce sur cette plage que (il y a beaucoup de dodos) nous avons passé de si tendres moments?


J'aime cette mer toujours pareille et toujours différente....Tes photos sont si belles et si douces!


Merci, ma soeur d'îles!


 



eMmA 12/11/2011 20:03



Coucou Mighe !


Ces photos ont été prise autour de Buggerru et Fluminimaggiore, sur la côte ouest de la Sardaigne (région minière proche d'Iglésias).


Oui, peut-être que nous (à travers nos grandes soeurs) nous sommes connues autrefois.


J'aime à le croire...


Merci pour ce gentil com.


Passe une soirée aussi douce que le vent de Corse et de Sardaigne.


eMmA



Jackie 12/11/2011 19:11



De bien belles images qui invitent au rêve...


Merci eMmA



eMmA 12/11/2011 20:04



Oui, d'autres plages de tendresse...


Bonne soirée, Jackie.


eMmA



héléne 12/11/2011 14:57



Je suis enthousiasmée par vos photos...la mer...que j'aime tant, quoique née prés de l'Océan, j'admire le ressac, les échappées à travers les rochers, la couleur, tout enfin. Merci pour ce voyage
immobile, je reviendrai....


 


Amicalement


hélène



eMmA 12/11/2011 16:51



Merci Hélène pour votre passage, votre enthousiasme et votre promesse de retour.


Moi, c'est votre prénom qui me fait voyager, dans un autre pan de la Méditerranée, vers la Grèce...


Bien à vous,


eMmA



kasimir 12/11/2011 12:44



oh que toutes tes photos sont admirables !


et demain je pars vers l'océan !!!!!


merci de cet avant goût iodé de la splendeur



eMmA 12/11/2011 13:10



Merci Kasi !


Ce sont des photos qui reconstruisent mon passé. Je n'en reviens pas de la beauté de l'île qui constitue une part des miens...


Je te souhaite un beau voyage qui ressource.


Bises d'eMmA