Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

eMmA MessanA, collagiste

J'observe, j'imagine, je compile, je froisse, je déchire et je colle des fragments de toutes sortes de papiers. J'aime fixer l'éphémère pour qu'une fois transformé et assemblé en pièce unique, il raconte une tout autre histoire, intemporelle. J'aime toutes les couleurs, surtout celles qui chantent et sont propices aux rêves les plus fous.... Tous droits réservés © eMmA MessanA

Le silence de l'arbre

Je vous avais dit avoir apprécié la première partie du concert de Maxime Le Forestier assurée par Bruno Guglielmi : ici

Aussi, je me devais de vous faire écouter au moins l'une de ses créations.

J'ai choisi cette chanson du petit garçon qui se retourne sur son amour d'enfance, nimbée de poésie, adoucie de silence et rythmée du va-et-vient de la balançoire, bien à l'abri sous son arbre d'innocence joyeuse et du temps qui passe...

Régalez-vous du miel de cette enfance-là, sans regrets !

eMmA MessanA

N-188-Branches.JPG

© eMmAcollages

Paris XIème, novembre 2012 - N°188 Branches

Collage sur papier dessin 29.7 X 42 cm

  Fragments de papiers provenant de magazines

Ce collage N°188, pièce unique, est vendu

Tous les collages de la série de l'Epure, ma forêt  sont regroupés ici :  #Ma forêt...

les collages d’eMmA MessanA soutiennent APRES SCHOOL

5% du produit de la vente de ce collage ont été versés à APRES en France, envoyés dans une enveloppe "♥ @ ♥"

Yves Duteil en est le Fondateur

Bruno Guglielmi, Le Rire Des Balençoires

Extrait de l'album La vie ordinaire

On était beaux comme un printemps
Et le vent aimait nos épaules
Quand le soir tombait doucement
Au fond du jardin sous le saule

On entendait – on entendait

Nos dents de lait croquaient des pommes
Là, tombées bien mûres à nos pieds
Tu étais haute comme trois pommes
Tu touchais l’ciel avec tes pieds

On entendait – on entendait

 

On entendait l’rire des balançoires
Quand le soleil était couché
Et que la nuit nous laissait croire
Qu’elle nous avait oubliés
Ta robe qui partait en corolle
Quand l’air venait la faire danser
J’aurais voulu être rock n’roll
Faire le caïd et t’embrasser

Tous les jours c’était des dimanches

Et s’habillaient d’éternité

 

Quand mes mains effleuraient tes hanches
Je m’prenais pour un chevalier
Avec deux cordes, une planche
Et ta petite bouille à croquer

 

On était bien
Sous l’arbre de notre enfance
Je t’aimais bien
Mais  j’n’ai jamais tenté ma chance

Ah ma jolie libellule
J’étais les ailes dans ton dos
J’aurais pu t’emmener voir la lune
Si tu m’avais demandé “plus haut”

Mais j’attendais – j’attendais

 

J’aurais donné toutes mes billes
Aux pires de mes pires ennemis
Pour fuir avec toi sur une île
Et t’balancer toute ma vie

Mais j’t’attendais, je t’attendais

Avec le rire des balançoires

Quand le soleil était couché

Et que la nuit nous laissait croire qu’elle nous avait oubliés

Ta robe qui partait en corolle
Quand l’air venait la faire danser
J’aurais voulu être rock n’roll
Faire le caïd et t’embrasser

Tous les jours c’était des dimanches

Et s’habillaient d’éternité

Quand mes mains effleuraient tes hanches
Je m’prenais pour un chevalier
Avec deux cordes, une planche
Et ta petite bouille à croquer

On était bien
Sous l’arbre de notre enfance
Je t’aimais bien
Mais mon cœur s'appelait silence

Site de Bruno Guglielmi link

Page facebook de Bruno Guglielmi link

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mimi 15/10/2013 16:52


son nom est difficile à mémoriser mais j'aime bien


tu nous en feras encore écouter ?

eMmA 15/10/2013 19:07



 


J'essaierai Mimi.


Quant au nom, à force de l'entendre, ce ne sera pas plus difficile à s'en souvenir que d'autres noms...



Hélène Carle 15/10/2013 14:38


J'aime ces arbres si amoureux du ciel qui semblent avoir des ailes!


 


Hélène*


(oui, j'habite Trois-Rivières, au Québec)

eMmA 15/10/2013 16:40



 


Oh Hélène, j'ignorais que tu vis au Québec. J'ai tant et tant adoré notre voyage cet été !


En ton honneur, je remets de suite en avant l'une de mes notes estivales, "Bozo"


eMmA-fan-du-Québec



ANNE 15/10/2013 12:07


C'est joli cet article,la chanson, l'arbfre, la perte de souvenirs de ce qu'est devenu le collage, toutn ous touche.......................j'aime les arbres, seigneur muets de nos paysages!

eMmA 15/10/2013 19:15



 


Il est vrai que si les arbres pouvaient parler le langage des hommes, cet arbre d'enfance aurait peut-être pu donner un coup de main au petit garçon pour déclarer sa flamme à la demoiselle sur la
balançoire..



kas 15/10/2013 10:48


Dis donc...


tu commence à avoir une belle collection d'arbres


tu vas même pouvoir parler d'une forêt... nommée Maxime ?


bonne semaine


bises de pinson

eMmA 15/10/2013 11:10



 


Oui, c'est pourquoi j'ai rangé cette note dans la catégorie "Ma forêt"


En revanche, non, je ne la nommerai pas "Maxime" (tiens, pourquoi pas "Cherche-Chemin", ça ne te rappelle rien ?)


 


Bonne semaine,


eMmA


 



gazou 15/10/2013 10:05


quelle belle chanson pleine de poésie


et ton collage épuré lui convient bien

eMmA 15/10/2013 11:13



 


J'aurais aimé créer un collage tout exprès pour cette chanson qui me parle bien, mais je ne dispose pas d'un visuel avec une balançoire pour le moment. Dès que j'ouvre un magazine avec une
balançoire, je m'y mets...