Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

eMmA MessanA, collagiste

J'observe, j'imagine, je compile, je froisse, je déchire et je colle des fragments de toutes sortes de papiers. J'aime fixer l'éphémère pour qu'une fois transformé et assemblé en pièce unique, il raconte une tout autre histoire, intemporelle. J'aime toutes les couleurs, surtout celles qui chantent et sont propices aux rêves les plus fous.... Tous droits réservés © eMmA MessanA

Les eaux de mai pour Moustaki

      Aujourd'hui, entre anonymes et personnalités durant ma promenade-hommage, je me suis aussi fait mon inventaire à la Prévert, silencieusement, au son de la cérémonie d'adieu à Georges Moustaki, au son de quelques unes de ses chansons qui ont été diffusées entre les différentes lectures  et prières.

Le soleil brillait enfin dans le ciel parisien, mais mes eaux de mai ce furent des larmes-hommage pour lui.

A-Paris 9455

Je me souviens très bien de la toute première fois où, séduite à jamais, il m'apparut sur le petit écran : j'avais 12 ans et j'étais en vacances à Marseille chez mes grands-parents.

Il chantait le Métèque en noir et blanc sur l'écran, mais j'avais deviné ses yeux bleu ciel qui invitaient à la liberté sans condition, au voyage en douceur, en lenteur.

Mes parents ont tout de suite vu en lui le multiculturalisme qu'il incarnait et qui trouvait un écho en eux, eux qui nous avaient déjà fait tourner autour de la planète, à la recherche de leur propre liberté.

Je me souviens que cet été là, je n'ai eu de cesse que mon père se laisse pousser les cheveux et la barbe pour lui ressembler (mon père avait déjà adopté la pipe de Brassens pour me faire plaisir et mieux me faire aimer le grand Georges).

Je crois que ce premier 33 tours de Moustaki a dû tourner au moins une fois par jour pendant les trois années qui ont suivi.

Je l'ai toujours et il est quelque peu fatigué, mais toutes les chansons m'émeuvent toujours autant.

Je me souviens être allée avec mes parents l'applaudir au Théâtre Charles Dullin du Grand Quevilly quand j'avais une quinzaine d'années.

Sur scène, fin, racé, élégant, tout de blanc vêtu aux côtés d'une chanteuse brésilienne en robe fluide et blanche, il nous avait subjugués durant plus de deux heures.

Nous nous le rappelions hier, et mes parents m'ont demandé de lui dire un mot de tendresse et d'adieu pour eux aujourd'hui au Cimetière du Père Lachaise.

Ils l'aimaient beaucoup. Je l'ai fait et le poète a entendu, j'en suis sûre.

Je me souviens avoir croisé son chemin il y a trois ou quatre ans sur les bords de Seine.

Je revois sa discrète et nonchalante présence, son regard attentif, son sourire malicieux, au détour du Quai d'Anjou, non loin de sa rue Saint-Louis-en-l'Ile.

Un prince au milieu de Paris...

Je crois que ma chanson préférée de Moustaki, c'est Une Ephémère Eternité, valse qui tourne comme l'un de ces très beaux manèges...

Que la sienne soit nimbée de paix, dans la tendre oasis de ceux qui l'ont déjà précédé, mêlée à nos pensées baignées des eaux versées pour lui, cher Georges, ce jour de 27 mai 2013 au cimetière du Père Lachaise.

                          eMmA MessanA

A-Paris-9453.JPG

A-Paris-9457.JPG

La dernière demeure de Georges Moustaki, pas très éloignée de celle d'Edith Piaf.

"Une entaille au talon
Un pas, une pierre,

Un chemin qui chemine
Un reste de racine,

C'est un peu solitaire.
C'est l'hiver qui s'efface,

La fin d'une saison"

Georges Moustaki, Les Eaux De Mars

(Antonio Carlos Jobim) adaptation française Georges Moustaki

Un pas, une pierre,

Un chemin qui chemine
Un reste de racine,

C'est un peu solitaire.
C'est un éclat de verre,

C'est la vie, le soleil
C'est la mort, le sommeil,

C'est un piège entrouvert
Un arbre millénaire,

Un nœud dans le bois
C'est un chien qui aboie,

C'est un oiseau dans l'air.
C'est un tronc qui pourrit,

C'est la neige qui fond
Le mystère profond,

La promesse de vie.

C'est le souffle du vent

Au sommet des collines.
C'est une vieille ruine,

Le vide et le néant.
C'est la pie qui jacasse,

C'est l'averse qui verse
Des torrents d'allégresse,

Ce sont les eaux de mars.

C'est le pied qui avance, 

A pas sûr, à pas lent.
C'est la main qui se tend,

C'est la pierre qu'on lance.
C'est un trou dans la terre,

Un chemin qui chemine
Un reste de racine,

C'est un peu solitaire.
C'est un oiseau dans l'air,

Un oiseau qui se pose
Le jardin qu'on arrose,

Une source d'eau claire.
Une écharde, un clou, c'est la fièvre qui monte.
C'est un compte à bon compte,

C'est un peu rien du tout.

Un poisson, un geste,

Comme du vif-argent
C'est tout ce qu'on attend,

C'est tout ce qui nous reste.
C'est du bois, c'est un jour

Le bout du quai
Un alcool trafiqué,

Le chemin le plus court.

C'est le cri d'un hibou,

Un corps ensommeillé
La voiture rouillée,

C'est la boue, c'est la boue.
Un pas, un pont,

Un crapaud qui coasse.
C'est un chaland qui passe,

C'est un bel horizon.
C'est la saison des pluies,

C'est la fonte des glaces.
Ce sont les eaux de mars,

La promesse de vie.

Une pierre, un bâton,

C'est Joseph et c'est Jacques
Un serpent qui attaque,

Une entaille au talon
Un pas, une pierre,

Un chemin qui chemine
Un reste de racine,

C'est un peu solitaire.
C'est l'hiver qui s'efface,

La fin d'une saison
C'est la neige qui fond,

Ce sont les eaux de mars.
La promesse de vie,

Le mystère profond
Ce sont les eaux de mars

Dans ton cœur tout au fond.

E pau, é pedra, é o fim do caminho
É um resto de toco, é um pouco sozinho.
Un pas, une pierre, un chemin qui chemine
Un reste de racine, c'est un peu solitaire.

Je vous recommande également le très joli petit livre de Georges Moustaki, publié en 2006 chez Actes Sud, Sept contes du pays d'en face.

Vous y trouverez un saisissant autoportrait de l'auteur.

J'ai un très grand faible pour le 7ème conte, Hassan...

J'ai longtemps gardé ce livre dans mon sac, comme une sorte de talisman. Il me rappelait le temps où j'étais conteuse en Alsace.

Un jour, j'ai croisé Georges, Quai d'Anjou à Paris, mais je n'ai pas osé l'aborder pour lui dire mon admiration depuis toujours, ni même lui demander une dédicace...

Juste un petit sourire de connivence et hop, l'instant d'une magique rencontre s'était dissout dans l'air de Paris, ce Paris que j'adore.

Ce lieu en est à jamais imprégné, ainsi que ma mémoire...

A bientôt,

eMmA MessanA

Pour retrouver d'autres chansons de Georges Moustaki dans la playlist d'eMmA, cliquez sur le titre de ces pages :

Je t'aime autant que je t'aimais

Expos/dédicaces

Musée  

Ephémère éternité

Cher Georges

Les eaux de mai pour Moustaki

Lignes de vie

Baptême de rêve.

Ils ont arrêté leur marche...

Georges Breuil, peintre abstrait 1904-1997  

Ma technique ? 

Météorites

Site officiel de Georges Moustaki : link

 

Père Lachaise, 27 mai 2013

Père Lachaise, 27 mai 2013

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

eMmA MessanA

J'aime le chocolat, la Sardaigne, les p'tits papiers (ceux de Gainsbourg, les colorés, les tout collés), les histoires, les mots doux, sucrés, salés, poivrés, les belles voix, marcher, chanter, la pluie, le soleil, et la tête alouette !
Voir le profil de eMmA MessanA sur le portail Overblog

Commenter cet article

suzame 31/07/2016 20:23

Merci Emma pour ce renvoi à ta publication en hommage à Georges Moustaki. Je l'ai aimé dès le début. Habillé tout en blanc, la guitare en bandoulière... tout le contraire d'une star et pourtant une étoile pour nos coeurs.

eMmA MessanA 01/08/2016 08:26

Moi, je suis tombée sous son charme très jeune et depuis, je ne l'ai jamais vraiment "quitté", subjuguée par son immense talent et sa personnalité. Il nous manque beaucoup. Je l'écoute régulièrement et lis ses textes souvent.

Quichottine 02/06/2013 16:08


Tu lui as fait là un magnifique hommage.


C'est fou combien il a su être dans nos vies...


... et je découvre grâce à toi son livre de contes. Merci infiiment.


Il faudra un jour que nous nous rencontrions, Paris, ce n'est pas si loin...


 


Passe une douce journée.

eMmA 02/06/2013 16:21



Merci Quichottine. Ce petit livre te plaira. Moi il me suit partout...


Je prévois une expo autour de ma forêt de collages, fin novembre (sans doute 29 et nov) à Paris.


Je te confirmerai et ce sera une occasion de nous rencontrer. Pourquoi pas ?


 


Je te souhaite une très belle fin de dimanche,


eMmA


 



Ramon 29/05/2013 21:09


Un magnifique hommage à Georges Moustaki. 


Je partage chaque mot de ton article.


J'avais moi aussi une admiration sans bornes pour ce chanteur qui nous emmenait si loin dans les méandres du coeur et de la pensée.


Bonne soirée, Emma.


Amitiés,


Ramon

eMmA 29/05/2013 21:48



 


Ravie de ce partage et de cette référence en magistral point commun.


A toi aussi, une bonne soirée.


 


Amitiés.


eMmA


 



marine D 29/05/2013 16:23


C'est une chanson magnifique , que j'aime beaucoup, mais il avait un tel talent avec l'air de rien, avec son air dégagé, cela faisait si bien son charme...


Splendides roses blanches ! Merci pour lui et pour nous Emma

eMmA 29/05/2013 20:09



Tu as raison, j'aime ton expression "l'air de rien".


Oui, beaucoup de charme.


Du blanc, c'était une évidence pour Monsieur Moustaki...


Merci pour ton passage Marine.


eMmA



valentine 28/05/2013 09:59


Merci Emma. C'est beau, c'est tendre, émouvant. Les liens avec ceux que l'on aime sont éternels.


Je vais m'intéresser de plus près au livre de conte.


Je t'embrasse chère Emma qui sait si bien partager tes émotions avec nous :-)

eMmA 28/05/2013 20:48



 


C'est un beau tout petit livre qui te plaira, assurément.


Bisous,


eMmA


 



Gérard Méry 27/05/2013 23:51


...aussi celle ci ..que j'aime


http://www.youtube.com/watch?v=DbeRF--jQpM

eMmA 28/05/2013 02:08



Elle est bien d'acutalité...


Je l'aime aussi.


 



Plume 27/05/2013 21:56


Oh eMmA, je suis bouleversée ... nous avons parlé de lui hier, et ma belle-fille, pianiste, nous a promis une soirée familiale autour de nos chansons préférées . Pour moi ce sera "le temps de
vivre" qui trotte dans ma tête depuis plus de quarante ans ...


Je suis certaine qu'il a entendu les mots de ton coeur, merci eMmA pour ce vibrant hommage .


Bisous, Plume .

eMmA 28/05/2013 02:09



 


Je te souhaite une bien belle soirée souvenir.


Prenez bien le temps de vivire, Plume !


Merci pour ta visite.


 


eMmA


 



kas 27/05/2013 20:27


tu as donc été sur la colline inspirée ? 


c'est vraiment un haut lieu de souvenirs

eMmA 27/05/2013 21:00



Oui, Kasi. Ce fut bien émouvant...