Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

eMmA MessanA

eMmA MessanA

Je pratique l'art du collage et manie les mots aussi. Dernier titre paru : "Transpositions hasardeuses"


Une mine d'or

Publié par eMmA MessanA sur 14 Février 2010, 14:32pm

Catégories : #Ma famille a du talent, #Sardaigne

La photo du jour chez Tintin des bois fait penser à mes ancêtres,
 qui pour l'un, a donné sa vie à la mine de Buggerru.

Merci Tintin d'avoir, sans le vouloir,
suscité cette association d'idées qui est une mine d'or à exploiter.

Jamais cette mine ne s'épuisera.

eMmA MessanA


Mines Buggerru
Mines Buggerru 2
Wagonnets et autre machine des mines abandonnées de Buggerru et Fluminimaggiore (Sardaigne)


                                                                            Bella ciao

Una mattina mi son svegliata
O bella ciao, o bella ciao, o bella ciao ciao ciao
Una mattina mi son svegliata
Eo ho trovato l'invasor

O partigiano porta mi via
O bella ciao, o bella ciao, o bella ciao ciao ciao
O partigiano porta mi via
Che mi sento di morir

E se io muoio da partigiano
O bella ciao, o bella ciao, o bella ciao ciao ciao
E se io muoio da partigiano
Tu mi devi seppellir

Mi seppellirai lassu in montagna
O bella ciao, o bella ciao, o bella ciao ciao ciao
Mi seppellirai lassu in montagna
Sotto l'ombra di un bel fior

Cosi le genti che passeranno
O bella ciao, o bella ciao, o bella ciao ciao ciao
Cosi le genti che passeranno
Mi diranno che bel fior

E questo é il fiore del partigiano
O bella ciao, o bella ciao, o bella ciao ciao ciao
E questo é il fiore del partigiano
Morto per la libertà

Pour retrouver d'autres chansons de Thomas Fersen dans la playlist d'eMmA, cliquez sur le titre de ces notes :

Des histoires de voisins

J'ai la fève !

 Site de Thomas Fersen link

Page facebook de Thomas Fersen link

Bella Ciao, Thomas Fersen

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R


Si mon grand-père était encore en vie, je pense qu'il m'aurait raconté pleins de choses, lui qui était né là-bas.



Répondre
E


Je n'ai eu que bien peu le temps de le connaître le mien qui venait de Fluminimaggiore...



L


Je viens de chez rejane , et j'arrive chez toi pour constater que vous avez des ancêtres qui ont fait des métiers similaires....chez moi on était des culs terreux, pas des gueules noires. Bien
reçu ton message...Bises bella ciao



Répondre
E


Oh j'ai aussi quelques culs terreux en réserve...


Bonne lecture alors et la nuit porte conseil !


Bisous,


eMmA



R


comme tu dis emma, pas le même lieu, mais les mêmes souvenirs!!!


superbe chanson!!!



Répondre
E


Les liens du sang...



N

Bonjour eMmA
Avec un peu de retard je viens sur ce post qui nous rappelle que des personnes ont données de leurs vies pour qu'on se chauffe.
Mes parents sont venus d'Italie pour aller à la mines de la Combelle.
Mon père a quitté celle ci quelques années après pour aller dans une autre entreprise.
Merci pour ce témoignage.
Bon WE
Nono
 


Répondre
E

Bonjour Nono,
Alors, nous avons un point commun très fort et très vivace dans nos esprits...
Mille baci
eMmA


L

mine de charbon, mine d'or ou ...., elles ont des airs communs
et l'abandon, la rouille, leur donne vraiment la meme ... mine qui me fait frissonner
bisous eMMA


Répondre
E

Moi, en ce moment, c'est plutôt mine... de crayon !
Mine de rien, on a vite fait d'être rouillée, si on ne s'adonne pas régulièrement à l'écriture...
Bonne soirée,
eMmA


T

Salut EMmA, tu as aiguisé ma curiosité par ton commentaire sur la photo de "la machine".
J'ai lancé une recherche google :"mine de Buggarru" et je tombe sur ton blog (entre autre).
Comme à chaque choix d'une photo, en scannant celle de "la machine" tellement sombre que l'on distingue à peine les formes, je me demandais pourquoi, comment une telle image pouvait susciter un
écho ? tu m'as apporté d'extraordinaires éléments de réponses par ton commentaire et par ta réaction sur ton blog.
La machine de nos souvenirs et de nos émotions est elle aussi cachée et mystérieuse. 


Répondre
E

Merci Tintin, d'avoir activé le mystère de ma machine aux souvenirs et aux émotions, grâce à ton Deus Ex Machina.


S

Les mineurs italiens, auvergnats, ch'tis , de tous pays ont donné leur travail et leur santé pour que nos pays se relèvent de la guerre...
Personne ne l'oublie, tu sais.
Nous avons chanté "les Corons" en concert, l'an dernier, et notre papy Bruno, clarinettiste, qui a passé treize ans dans une mine du Nord, a pleuré...
Tu vois je voulais chanter Bella Ciao mais n'étais pas sûre de la prononciation de tous les mots...alors, ce soir,  j'ai noté et nous allons la chanter.
Bonne soirée, je t'embrasse, eMmA


Répondre
E

Je suis ravie (et un peu fière pour mes ancêtres) que tu chantes bientôt avec ta chorale, ce beau chant révolutionnaire italien.
C'est amusant cette coïncidence, car j'ai rencontré ce matin chez le chocolatier, où j'ai acheté un coeur en chocolat, un ancien "collègue" de chorale !
Dans cette chorale, nous chantions plutôt des airs tziganes ou brésiliens.

Je t'envoie tout mon souffle et un peu de mes cordes vocales.
Gros bisou, gentille sittelle,
eMmA


R

Vestiges du passé, qui témoignent du courage de ceux qui ont perdu leur vie au profit de quelques-uns... La nature, lentement, reprend ses droits et dans quelques centaines d'années, ces
carcasses rouillées seont ensevelies à leur tour... Tant d'efforts, de sueur et de larmes, là et ailleurs, pour rien...


Répondre
E

Mais oui, mais oui : cela fera le bonheur de quelques archéologues...


K

Ton article, je vais le passer à ma petite fille
C fille de D
dont le coeur est pour moitié en Italie  :
elle va me traduire !

Oui des hommes ont travaillé avec ces monstres rouillés, et ce n'était pas de l'hématite. Pourtant ils sont encore dans nos coeurs.


Répondre
E


Oh oui, Kasimir, quelle bonne idée, puisque ta petite fille a un Valentino !

Je viens de demander des précisions à mon père que mon frère aîné a emmené l'année dernière avec ma mère sur ces sites.
Mon grand-père venait de cette région. Il avait travaillé sur cet immense site de 37 000 ha, la mine de Montevecchio, qui exploitait du plomb argentifère.
Ces lieux sont devenus un musée au patrimoine culturel indispensable pour nos mémoires.

Durant la visite du musée, le conservateur a offert à mon père trois échantillons. De retour à Perpignan, il les a collés pour en faire un sculpture en mémoire de ce "pèlerinage", de son père et
ses ancêtres si courageux, dont l'un de ses oncles décédé à la mine.