Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

eMmA MessanA

eMmA MessanA

Je pratique l'art du collage et manie les mots aussi. Dernier titre paru : "Transpositions hasardeuses"


Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles

Publié par eMmA MessanA sur 24 Avril 2021, 07:00am

Pour avoir eu la chance, l'honneur et l'indicible joie d'aller à leur rencontre, je veux rendre hommage à nos amis Indiens qui vivent en ce moment dans un chaos qui me bouleverse, lié à cette implaccable crise sanitaire.
Ils m'ont montré leur lumière jusqu'au coeur de leurs bidonvilles.
Ils m'ont offert leurs sourires éclatants qu'une misère profonde n'a jamais pu ternir. Ils m'ont touchée à jamais par leur grâce et leur courage.
Ils sont à jamais blottis dans l'une des chambres secrètes de mon coeur.
 
Ces quelques photos n'auront pas l'heur de leur transmettre de l'oxygène, mais je sais qu'en les prenant un jour, en m'arrêtant devant ces princes et ces princesses, j'ai un temps appris à mieux respirer la vie quand elle tente humblement d'être solidaire.
 
Enfants des rues du Tamil Nadu, petits protégés de l'école du bout du monde, peuple de l'Inde, vous êtes dans nos prières, toutes les prières quelle qu'en soit la croyance, sprituelle ou profane.
 
  eMmA MessanA
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Jusqu'au coeur de leurs bidonvilles
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Merci pour ces belles photos Emma, ce qu'ils vivent en ce moment est terrible. Bisous
Répondre
E
Et je crois que la situation est loin de s'améliorer... Que de souffrances !
V
Merci Emma. J'ai le coeur serré et les mots me manquent.
Répondre
E
Comme je te comprends ma chère Valentine. Je n'ose imaginer la situation...

Nous sommes sociaux !