Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

eMmA MessanA

eMmA MessanA

Je pratique l'art du collage et manie les mots aussi. Dernier titre paru : "Transpositions hasardeuses"


Les Souffrantes

Publié par eMmA MessanA sur 14 Août 2021, 08:38am

Catégories : #Mes gammes, #LesCollagesdeMmAMessanA

Les Collages d'eMmA MessanA, l'un de mes tout premiers collages, N°27 "Cache-cache" © eMmA MessanA

Les Collages d'eMmA MessanA, l'un de mes tout premiers collages, N°27 "Cache-cache" © eMmA MessanA

Yves Simon, Les Souffrantes

Yves Simon/Michel Coeuriot

Extrait de l'album Intempestives

 

Derrière des grilles nommées tchadris
Des femmes sont prisonnières
Des femmes d'aujourd'hui
Héroïnes au secret
D'une histoire délirante
Ce sont elles les souffrantes
Kaboul maboule
Les masques foulent
L'intégrité et la beauté
Des amantes, des filles
Des femmes, des souffrantes
Notre moitié

Où sont les yeux des Afghanes
Elles regardent ailleurs et pleurent
Où sont leurs visage?
Elles regardent ailleurs
Vers l'intérieur
Des chars de guerre ont défilé
Des hommes vainqueurs
Inquisiteurs d'intimité
Qui ont foulé, défiguré.
Charge infâmante
Le rêve sacré des souffrantes
Où sont les yeux des Afghanes
Elles regardent ailleurs et pleurent
Où sont leurs visages?
Où sont leurs visages?
La kalachnikov sur la hanche
Les hommes paradent
Et se déhanchent
Recouvrant de voiles sombre
Et de pénombre
Les rêves infinis des souffrantes
Derrière des grilles
Nommées tchadris
Des femmes sont prisonnières
Des femmes d'aujourd'hui
Héroïnes au secret
D'une histoire délirante
Ce sont elles les souffrantes
Où sont les yeux des Afghanes
Où sont les yeux des Afghanes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
Oui, où sont les yeux des Afghanes qui ne peuvent partager leur regard. Mais aussi , tout près de nous , ces mains tendues , ces corps meurtris de femmes désespérées . La souffrance, la meurtrissure , le désespoir deviennent trop familiers.
Belle soirée, bises eMmA
Répondre
E
Oui Andrée, c'est l'éternel dilemme de nos engagements et autres préoccupations... La cruauté qui nous chavire et transperce nos coeurs, nous indigne, faut-il la limiter à nos frontières en fermant les yeux sur celles qui sont si lointaines et en dehors de nos cultures ? Je sais bien que ce n'est pas ton propos, mais je l'entends si souvent malheureusement. Oui, l'ignoble est aussi dans nos rues, à deux pas de chez nous. Faisons ce qui est en notre pouvoir, n'acceptons pas que la cruauté soit banalisée. Rude tâche, je sais bien.
Merci pour ton précieux avis.

Nous sommes sociaux !