Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La médaille CQFD

La médaille CQFD

Le commentaire d'Annie sur ma note "Qu'on nous épargne très longtemps...", m'a fait découvrir la chanson de Georges Brassens "Les deux Oncles" datant de 1964 que je ne connaissais pas.

Cette chanson dépeint l'absurdité des guerres, la bêtise des hommes prêts à s'entretuer pour des drapeaux, alors qu'ils pourraient être amis.

A l'époque on a vait déjà commencé à construire l'Europe de demain.

Cela m' a rappelé une très belle chanson décapante de Renaud qui en 1996 avait été censurée à la radio, tout comme avaient pu l'être des Brassens ou #Gainsbourg parce qu'ils "dérangeaient".

Renaud, ton franc-parler, ta lucidité, ton éternelle soif de justice, ta poésie d'écorché vif nous manquent terriblement.

Pourvu que tu sortes de ta retraite bientôt.

On espère que tu vas bien !

Car les seules armes des poètes sont les mots et tout ce qu'ils font couler c'est de l'encre ou nos larmes.

Mais elles ont un pouvoir extraordinaire, elles font réfléchir souvent, réagir parfois...

Chansons qu'il faut diffuser... C.Q.F.D.

A bientôt,

eMmA MessanA

La Médaille, Renaud

Extrait de l'album A la belle de mai

Si vous ne pouvez écouter plus de 30 secondes sur Deezer, écoutez via Youtube tout en bas.

Un pigeon s'est posé
Sur l'épaule galonnée
Du Maréchal de France
Et il a décoré
La statue dressée
D'une gastrique offense
Maréchaux assassins
Sur vos bustes d'airain
Vos poitrines superbes
Vos médailles ne sont
Que fientes de pigeons
De la merde

Un enfant est venu
Aux pieds de la statue
Du Maréchal de France
Une envie naturelle
L'a fait pisser contre elle
Mais en toute innocence
Maréchaux assassins
Le môme mine de rien
A jolimenent vengé
Les enfants et les mères
Que dans vos sales guerres
Vous avez massacrés

Un clodo s'est couché
Une nuit juste aux pieds
Du Maréchal de France
Ivre mort au matin
Il a vomi son vin
Dans une gerbe immense
Méréchaux assassins
Vous ne méritez rien
De mieux pour vos méfaits
Que cet hommage immonde
Pour tout le sang du monde
Par vos sabres versé

Un couple d'amoureux
S'embrasse sous les yeux
Du Maréchal de France
Muet comme un vieux bonze
Il restera de bronze
Raide comme une lance
Maréchaux assassins
L'amour ne vous dit rien
A part bien sûr celui
De la Patrie hélas
Cette idée dégueulasse
Qu'à mon tour je conchie

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

almanito 15/06/2015 11:10

C'est tout à fait ça :)) J'adore cet irrespect de bon aloi!

eMmA MessanA 15/06/2015 11:14

Et moi, je suis FAN de ta plume !

Danielle 16/04/2011 16:37



Admirable ton article eMmA, tes mots sont justes et forts, quelle stupidité la guerre, quelle horreur ! Cette magnifique chanson de Renaud me fait frissonner à chaque écoute, il a été censuré
comme Jean Ferrat, Georges Brassens qui chantaient tout haut ce que d'autres pensaient tout bas, leur franchise dérangeait (et dérange toujours d'ailleurs). "La médaille", il y a quelques temps
que je ne l'avais pas entendue, toujours la même émotion ... C'est une excellente idée de préciser, en fin d'article, où l'on peut retrouver ces chansons dans ton blog. Bon dimanche. Danielle



eMmA 16/04/2011 23:04



Ta dernière phrase me fait bien plaisir, car je me demandais si ces liens servaient ou s'ils "polluaient" la note...


Du coup je vais réécouter la Médaille qui est l'oeuvre d'un génie de la chanson !


Merci de me lire avec une telle régularité. Ca me fait plaisir.


eMmA



H2O 18/10/2010 11:47



Bonjour eMmA


J'ai bien du mal à mettre des commentaires sur ton blog, mon ordinateur se déconnecte et je ne comprend pas pourquoi, j'ai ce problème sur d'autres blogs...


Je ne connaissais pas cette chanson de Renaud mais à l'heure ou on découvre encore les horreurs liées à un certain maréchal à Vichy, elle est bien d'actualité.


Avec le recul, c'est plus facile de juger des erreurs qui ont été comises mais que dieu s'il existe nous préserve des guerres.



eMmA 18/10/2010 20:44



Oui, je pense que je vais aller au ciné voir "Elle s'appelait Sarah".


J'espère qu'Internet refonctionne chez toi...


Bonne soirée,


eMmA



cocole 18/10/2010 08:04



Je ne connaissais pas ce texte, j'avoue qu'il est extra !



eMmA 18/10/2010 20:41



Je te l'accorde !



télos 17/10/2010 07:42



....et les hommes continuent à s'entretuer...



eMmA 17/10/2010 10:02



Oui, alors rappelons les poètes à l'aide autant qu'on peut le faire et le refaire !


Bon diMAnche,


eMmA


PS : dis-moi, Télos, est-ce normal que tu ne mettes plus le lien vers ton blog lorsque tu me laisses un com ?



Ptitsa* 16/10/2010 22:58



C'est ça! Moi, ce cd (et cette chanson en particulier) m'ont accompagnée sur de nombreux trajets, un peu partout sur les routes de France et d'ailleurs. Rien que de relire cet extrait, et même
sans la musique, j'ai la chair de poule !


Ce qui est tout de même extraordinaire pour un colibri...!!



eMmA 16/10/2010 23:03



Moi, l'époque, je vivais à Griesheim-sur-Souffel...


Allez, je ferme l'ordi et vais lire une heure ou deux.


Bonne nuit petit colibri...


eMmA



Ptitsa* 16/10/2010 22:26



J'adore cet album de Renaud, en particulier la chanson de la petite fille à son père sur l'école, je ne suis plus sûre du titre : "C'est quand qu'on va où ?" ...Tu la connais ?



eMmA 16/10/2010 22:55



Oui Ptitsa, je connais très très bien cet album.


Je raffole de Renaud et cet album avec son coffret en fer blanc, il est tout démantibulé tant je l'ai ouvert et fermé.


Ce magnifique texte, "C'est quand qu'on va où?" sur une presque valse de Julien Clerc, je le reprendrai dans un prochain billet. C'est trop beau...


"L'essentiel à nous apprendre
C'est l'amour des livres qui fait
Qu'tu peux voyager d'ta chambre
Autour de l'humanité,
C'est l'amour de ton prochain,
Même si c'est un beau salaud,
La haine ça n'apporte rien,
Pis elle viendra bien assez tôt

Si on nous apprend pas ça
Alors je dis : 'Halte à tout ! '
Explique-moi, Papa,
C'est quand qu'on va où ?" (...)


Je t'embrasse et te souhaite une bonne nuit.


eMmA



Annie Lapeyre 16/10/2010 22:25



Chère Emma


Un jour, il y longtemps, j'ai lu ceci ( je m'en souviens encore) :


La guerre est faite par des gens qui ne se connaissent pas au profit de gens qui, eux se connaissent mais ne la font pas"


Cette chanson de Renaud nous amène à celle de Boris Vian " le déserteur" Monsieur le président, je vous fais une lettre etc  et aussi à celle de notre Yves Duteil " ma terre humaine"


"Pour les dégâts  collatéraux, s'adresser au dernier bureau, au comptoir des bonheurs perdus, le guichet ne désemplit plus"


Bonne nuit


 


,


 



eMmA 16/10/2010 22:58



Oui, Annie, que d'excellentes références !


Heureusement que les poètes sont là pour dire des vérités.


Bonne nuit,


eMmA