Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

eMmA MessanA, collagiste

eMmA MessanA, collagiste

Pratique l'art du collage et manie les mots aussi. Des fois, je marie les deux tout en osant m'égarer parfois vers un peu de poésie...


Une nouvelle histoire de doudou

Publié par eMmA MessanA sur 16 Février 2014, 21:29pm

Catégories : #Les enfants d'abord !, #Un moment de lecture

A mes débuts dans la blogosphère, je recherchais des blogs dont le sujet principal traitait de l'art du collage.

C'est ainsi que j'ai rapidement été attirée par le travail tout en subtilité et en finesse de Cyrianne.

La talentueuse Cyrianne, nous offre sur son blog un "petit tour de parcours en bref" :

 " Spécialisation dans l’illustration et les techniques du papier

Beaux-Arts de Grenoble: Dessin d’observation, huile, aquarelle, modèle vivant avec Yves Deshairs

Chambre des métiers de grenoble: Techniques des arts sous la direction d'Yves Deshairs

Expression graphique au service de l’Information

et des Relations Publiques au sein de collectivités territoriales

Sensibilisation à l’expression graphique pour enfants de 04 à 12 ans

en milieux scolaires, périscolaires et mouvements de jeunes

CNED: Formation continue en arts plastiques

Scolarité orientée section Arts Graphiques"

Cyrianne est non seulement une grande artiste, mais en plus une personne à part, recelant, me semble-t-il, un certain mystère qu'il est bon sans doute qu'il demeure entier...

Elle ne se dévoile qu'avec infiniment de discrétion.

Oh, je ne vous ferai pas croire que je suis sa grande amie, comme si nous étions intimes depuis toujours.

Mais ce que je peux vous dire, c'est que depuis le tout premier com, j'ai profondément senti qu'il s'agit d'une personne au grand coeur, calme et patiente, posée, généreuse, exigente avec elle-même, mais tendre, ouverte et incroyablement bienveillante à l'Autre.

Je débutais (je suis toujours une débutante) et elle m'encourageait.

Je progressais un tout petit peu (j'ai encore tant et tant de progrès à réaliser) et elle mettait en valeur ces petites avancées.

Je prenais un peu d'assurance (alors que je devrais certainement être bien plus humble) et elle saluait mes créations.

Au fil du temps, j'ai découvert que quelques points communs nous relient : les enfants, l'Inde, le mois de juillet, Perpignan, les collages, les contes, l'amour inconditionnel du papier...

Je suis attachée à cette amie de colle, telle qu'elle m'a souvent nommée à ma grande fierté, car je sens des liens profonds entre nos univers tout collés qui vont au-delà de la connivence, des échanges de mots et d'images...

Et voilà que, dans l'ombre, en toute discrétion, sa dernière note publiée dans son blog est une illustration en lien avec l'un de mes petits contes publiés ici dans mon blog dans la rublique "mots collés pour les enfants" : "Le doudou Lapindou de Ludo".

Cyrianne la tendre, la communicante du coeur, a parfaitement capté la nostalgie de cette histoire d'enfant qui grandit et qui doit quitter son doudou.

Son illustration est la douceur même de l'enfance, son espièglerie aussi, sa merveilleuse et permanente source d'inspiration des grands qui savent se souvenir.

La très jolie création-illustration de Cyrianne pour Le doudou Lapindou de Ludo est à voir ici : link

Bien sûr, vous l'imaginez bien, c'est mon flis Florent qui est un peu l'enfant de l'histoire (même si un autre Ludo qui se reconnaîtra m'a prêté son prénom pour la cohérence et la musicalité du titre de l'histoire).

Le voici avec son fameux Lapindou le jour de ses trois ans :

FLO-3728.JPG

A présent, Lapindou coule une douce vieillesse dans l'album de naissance de Florent.

Je l'ai délicatement posé entre les pages d'un joli cahier dans lequel j'avais écrit l'histoire il y a 12 ans....

FLO-3730.JPG

J'ai beaucoup de chance car Flo est encore à Paris pour quelques jours avant de retourner à Lahore et il est le témoin de cette nouvelle histoire.

Pendant que j'écris ces lignes, il nous joue une étude de Chopin au piano. Cela faisait plus d'un an que le couvercle de son piano était baissé et cela nous manquait...

Il m'a recommandé de prendre bien soin de Lapindou, de ne pas trop le manipuler et de lui éviter trop les flashs de la célébrité, de le remettre au chaud dans son album photo de naissance...

Chut il repart....

FLO-3732.JPG

Merci beaucoup, Cyrianne, d'avoir réveillé Lapindou, d'avoir donné une nouvelle naissance à ce petit conte, d'avoir eu la gentillesse et la créativité de construire un pont de laine et de douceur entre nous...

Voici donc ce conte pour les petits enfants un peu obstinés, de la part d'eMmA MessanA.
                                     Le doudou Lapindou de Ludo © eMmA MessanA
            Le jour de la naissance de Ludo, lui et sa maman reçurent beaucoup de cadeaux.

Bébé était tout petit, endormi bien au chaud dans son berceau et on pouvait à peine voir le bout de son nez tant on lui avait offert de peluches !

Mais il avait beau être un tout petit bonhomme, il avait déjà choisi son préféré parmi tous ses jouets : c’était un petit lapin bleu et blanc, tout doux.

Bébé Ludo ne savait bien sûr pas encore parler, mais il lui avait déjà donné un nom. Dans sa tête et dans son cœur il l’appelait Lapindou.
Comme il l’aimait !

         « Doux, doux, Lapindou,

         Doulapin, t’es mon doudou ! »

 Dès le premier jour, il veilla sur son sommeil. Il était toujours auprès de lui dans son berceau sur son oreiller douillet, dans sa poussette quand on le promenait dans le parc, puis plus tard dans son lit à barreaux, sur sa couverture de laine.

 

Quand maman partait au travail, elle lui faisait un gros baiser et lui mettait Lapindou dans ses menottes. Ainsi, il était rassuré et en sécurité toute la journée... C’était magique !

 

Quand Ludo était heureux, qu’il était très gai, c’est à Lapindou qu’il racontait tous ses bonheurs. Il caressait son doux pelage et ils riaient très fort tous les deux.

Quand Ludo était triste, qu’il avait un gros chagrin, c’est à Lapindou qu’il confiait tous ses malheurs. Il le serrait très fort dans ses bras et pleurait un bon coup.

Lapindou l’écoutait toujours, était très patient et savait le consoler avec ses mots à lui. Car oui, bien sûr, le doudou savait parler ! Mais personne d’autre que le petit garçon ne l’entendait. C’était leur secret à tous les deux. Ils savaient si bien se comprendre :

 

         « Doux, doux, Lapindou

         Doulapin, t’es mon copain ! »

 

Le temps passait, Ludo grandissait et Lapindou vieillissait. Il  devint moins doux. Le bleu pâlissait et le blanc devenait gris.


    Un jour que pour le troisième jour de suite, son équipe de foot n’avait pas marqué de but, il rentra chez lui de fort mauvaise humeur. Tout allait de travers ce jour-là : il y avait eu des épinards à la cantine, son cartable était trop lourd, sa maman avait oublié de préparer son goûter, la nounou le houspillait pour qu’il aille faire ses devoirs et même, son amoureuse Marjolaine avait fait un bisou pendant la récréation à un garçon qui était plus grand et plus fort que lui !

Il était très en colère. Alors il entra dans sa chambre et laissa éclater sa fureur contre Lapindou, qui pourtant n’y était pour rien. Il le prit par une patte, le fit tournoyer dans les airs et le jeta par terre dans un coin parmi d’autres jouets qui s’écroulèrent sur lui.

- Na, voilà !


Lapindou resta là, abandonné. Il pleura un peu et bouda.

Ludo s’était calmé et il se mit à apprendre la poésie que la maîtresse voulait que les enfants récitent le lendemain.

L’après-midi passa, puis la soirée.

Au moment de se coucher, l’enfant qui avait tout oublié, chercha partout son petit compagnon. Mais il était introuvable, tant il y avait de désordre dans sa chambre. Alors il se rappela combien il avait été méchant et injuste avec lui. Il appela :

 

         « Doux, doux, Lapindou

         Ne boude plus, mon Doulapin ! »

 

Mais Lapindou restait muet.

Quand papa monta faire un bisou à son fils pour la nuit, il retrouva Ludo la tête plongée dans son coffre à jouets.

- Mais que fais-tu, ça n’est pas l’heure de t’amuser, dit le papa, d’un ton sévère.

- Je cherche mon doudou, répondit Ludo.

- Ca n’est pas le moment, tu le chercheras demain ! Allez zou, tu es un grand garçon, tu n’as plus besoin d’une peluche pour t’endormir.

Ludo se mit à pleurer, à crier, à trépigner, à réclamer très fort son doudou.

Son père n’aima pas cela du tout.

Il obligea son fils à se coucher immédiatement et éteignit la lumière.

Le petit garçon pleurait encore.

- Calme-toi, Ludo et endors-toi bien vite.
Il lui fit un baiser pour lui dire bonne nuit.

En sortant de la chambre, le papa vit le doudou tout piteux dans son coin. Il le prit par une oreille entre deux doigts, sans que Ludo s’en aperçoive,  et descendit l’escalier.

Le pauvre lapin était tout sale, et il avait perdu un œil dans la bataille.

- Il est moche, dégoûtant et il ne sent pas bon, dit le papa, et il le jeta dans une poubelle.

 

A minuit, toute la famille dormait profondément. Tout était calme, quand soudain, Ludo se réveilla. Il chercha son doudou partout dans son lit, mais il ne le trouva nulle part. Puis il se rappela qu’il l’avait perdu.

Il était désespéré et se remit à pleurer. Sa maman l’entendit et arriva bien vite au bord de son lit.

Dans un sanglot, il lui expliqua ses malheurs et aussi que papa avait déclaré qu’il était désormais trop grand pour garder un doudou.
Sa maman le consola, l’apaisa en le berçant doucement. Elle essuya les larmes de l’enfant et lui promit de parler à papa.

Sur cette promesse, Ludo finit par se rendormir.

Ses parents se mirent d’accord pour aller récupérer Lapindou dans la poubelle.

Après une toilette obligée et quelques réparations, Lapindou était à nouveau présentable.

Le lendemain, au petit déjeuner, Ludo retrouva son ami, mais il avait du mal à le reconnaître : maintenant il était recousu et il sentait bon la lessive. Mais c’était quand même bien Lapindou et il l’aimait toujours. Il fallait juste qu’il s’habitue à sa nouvelle tête.

Ses parents lui expliquèrent qu’ils avaient bien réfléchi et qu’il était encore trop tôt pour séparer les deux amis et qu’on attendrait que Ludo grandisse encore un peu.

 

Quelques années plus tard, Ludo avait encore grandi.

Il ne se mettait plus en colère quand son équipe de foot perdait, il commençait à aimer les légumes, il pleurait un peu moins et il avait une nouvelle amoureuse.
Un soir, il sortit de son placard ce qu’il avait de plus précieux : une boîte dans laquelle il rangeait tous ses secrets et ses photos.
Il y déposa avec tendresse son doudou et avant de refermer le couvercle, il chanta :

 

         « Doux, doux, Lapindou

         Jamais je ne t’oublierai, Doulapin. »

FIN

FLO-3729.JPG

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Flo 22/01/2012 16:24


Un vrai plaisir de relire ce conte à mon retour au Pakistan :) L'étude de Chopin est bien mélancolique pour ce post, mais c'était effectivement celle que je travaillais...

Gros bisous et des souvenirs tous doux !

eMmA 22/01/2012 18:40



Coucou mon Fo !


Ca y est, papa et moi sommes prêts (dans la tête) pour te rejoindre bientôt.


A présent, je m'attelle à l'obtention des visas (pas une mince affaire, je te prie de me croire !)


Bisous,


eMmAman



fango 17/01/2012 21:19


un article plein de tendresse envers ton amie de colle, envers tes travaux, envers ton fils et son lapindou...et dans ce conte...


ça fait du bien de la tendresse. belle soirée à toi

eMmA 18/01/2012 06:53



Oui, il faut absolument aller découvrir toutes les merveilles de Cyrianne. Tout est empli de tendresse et de beauté !


Bonne journée, Fango.


eMmA



héléne 17/01/2012 17:42


Je viens de faire le plein de tendresse avec ce petit conte, rien n'est si nécessaire à notre être......gardons-là précieusement!


Je t'embrasse


hélène


 

eMmA 18/01/2012 06:54



N'hésite pas à en reprendre ici autant de fois que tu en auras besoin. Je partage !


Bonne journée,


eMmA



marie-pierre 16/01/2012 22:48


j'imagine le bonheur procuré par l'écriture de cette touchante histoire


et voilà qu'elle fait remonter à la surface les souvenirs attendrissants des mamans lectrices ...


un peu de bonheur dans un monde de brutes ...


bises eMmA

eMmA 17/01/2012 07:12



Oui, Marie-Pierre, et tout cela grâce au merveilleux talent de Cyrianne qui, avec son illustration m'a donné l'envie de sortir cette petite histoire de son cahier....


Une histoire toute simple et effectivement bien loin de la fureur ambiante.


Je t'embrasse,


eMmA


PS : il me tarde de te lire bientôt...


 



Danielle 16/01/2012 19:59


Qu'elle est jolie l'histoire de  Lapindou, elle déborde de tendresse et me touche particulièrement car lorsque j'ai vu cette peluche et son état actuel, il m'est revenu tout un flot de
souvenirs qui ont vraiment des points communs avec ce conte. Lorsque ma fille est née, elle a instinctivement choisi son Doudou, un lapin bleu très doux, très beau. Ils ne sont pas quittés une
seule nuit, un seul jour non plus car j'étais même obligée de le mettre dans la capuche de ses vêtements lorsqu'elle allait au Centre Aéré ou faire du tricycle. C'était le grand amour. Je le
conserve précieusement aussi (il est exactement dans le même état que Lapindou). Le jour du mariage de ma fille, nous avions confectionné un grand coeur de roses (roses et blanches) et nous
avions fixé délicatement Doudou au centre des fleurs et suspendu l'ensemble à l'entrée de la salle retenue pour la soirée. Ma fille arrivait, radieuse, au bras de son mari et lorsqu'elle a aperçu
Doudou, elle a subitement éclaté en sanglots ... entrainant pas mal de larmes d'émotion dans l'assistance. Elle l'a saisi avec la même tendresse et posé instinctivement dans son cou, comme il y a
30 ans. Voilà, excuse moi d'être un peu longue, mais j'avais envie de te confier ce souvenir. Bisous eMmA, très douce soirée, quel bonheur de profiter de ton Flo ! Danielle

eMmA 16/01/2012 21:25



Merci Danielle, de nous avoir raconté cette belle et attendrissante histoire.


Tu n'as pas à t'excuser d'avoir pris le temps et la peine de nous offrir ce com, bien au contraire.


Je vois que le doudou lapin est très répandu et qu'il laisse partout des souvenirs impérissables... Celui-ci n'est pas banal !


Je te souhaite une bonne soirée,


eMmA



cyrianne 15/01/2012 20:46


Quelle suprise, chère Amie de colle !...


Oserais-je maintenant sortir du virtuel ??... Tu salues beaucoup d'efforts et de travail... La part d'ombre reste cachée comme les enfants de la Lune...


Le Lapindou de Flo est une merveille d'histoire; je dois avouer que j'ai un petit côté fétichiste pour les doudous de coeur et petits jouets d'enfant, mes yeux sont comblés !


Les années lui ont donné un petit air de bonhomme pain d'épices, encore toute une histoire !


A bientôt, Emma, je m'en vais sur un petit nuage bleu.


Cyrianne

eMmA 15/01/2012 20:54



Qu'il t'emmène loin ce petit nuage bleu, qu'il te berce avec bonheur, chère Cyrianne !


Sortir du virtuel ? Mais il y a beau temps que pour moi tu es dans le réel, même si ce réel est proche de la rêverie de tes créations superbes.


Va, Amie de colle, fais ce que tu souhaites. Je te suis.


eMmA



valentine 15/01/2012 11:44


Que j'aime ton histoire de doudou. Je me sens toute émue car des souvenirs remontent dans ma mémoire. Ah si les doudous pouvaient parler.......


Profite bien de ton "petit" chère Emma, c'est si bon!


Bon week-end, bisous.

eMmA 15/01/2012 17:43



Mon "petit", je n'arrête pas de le partager avec tous ses amis qui se l'arrachent !!


Bon, j'ai pu aller avec lui hier soir au Casino de Paris applaudir Jonasz. C'est super (comme les nanas) !!


Bisous,


eMmA



JMAC 15/01/2012 09:50


Lapindou, le retour....après tant d'années il a lui aussi pris un coup de "vieux" ! mais sa visite m'a fait bien plaisir....et comme Flo qui va s'en retourner à l'étranger, Lapindou reprend sa
valise pour continuer sa retraite bien méritée ! peut-être un jour.....

eMmA 15/01/2012 09:54



Des rêves de retraite, JM ?


Ah non, tu voudrais prendre une valise pour aller te promener chez Flo ? Bientôt, bientôt...


Bisous,


eMmA



Mimi 15/01/2012 09:37


Emma, que de tendresse !


Est-ce qu'on peut se procurer ce livre comme pour Replète ?

eMmA 15/01/2012 10:04



Coucou Mimi,


Le Régime de Replète la sorcière était destiné à des enfants plus grands, et il faudrait davantage d'illustrations pour habiller Le Doudou Lapindou de Ludo...



erato:0059: 14/01/2012 23:58


Un joli conte touchant et tendre. Merci eMmA .Douce nuit

eMmA 15/01/2012 01:13



Merci Andrée, heureuse qu'il t'ait touchée ce Lapindou.


A bientôt,


eMmA



Jackie 14/01/2012 22:44


Un conte plein de tendresse...


merci eMmA

eMmA 15/01/2012 01:16



...doux comme l'enfance.


Bon diMAnche, Jackie.


eMmA



kasimir 14/01/2012 19:44


quelle tendre histoire !!!!!


Salut FLO !!!


j'ai écouté... Chopin


que ce doit être bon de t'avoir pour ta petite maman !

eMmA 15/01/2012 01:10



Je confirme, Kasi, c'est beaucoup de joie à partager avec JM que d'avoir Flo à la maison pour encore quelques jours...


Bisou,


eMmA



Annie LAPEYRE 14/01/2012 18:32


Merci Emma


Pour ce joli conte: une note de douceur et de tendresse dans la grisaille de l'hiver, et de l'actualité; çà fait beaucoup de bien. C'est touchant.


Bon dimanche


 

eMmA 15/01/2012 01:18



Alors, relis-le autant de fois qu'il le faudra pour que ce conte ravive les couleurs de ton ciel...


Bon diMAnche,


eMmA



Nous sommes sociaux !

Articles récents