Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

eMmA MessanA, collagiste

J'observe, j'imagine, je compile, je froisse, je déchire et je colle des fragments de toutes sortes de papiers. J'aime fixer l'éphémère pour qu'une fois transformé et assemblé en pièce unique, il raconte une tout autre histoire, intemporelle. J'aime toutes les couleurs, surtout celles qui chantent et sont propices aux rêves les plus fous.... Tous droits réservés © eMmA MessanA

"En haut des cimes il n'y avait que les nuages"

Ciels 2258

A L'Origine, Benjamin Biolay

Extait de l'album A l'origine (2005)

À l'origine on n'était pas des sauvages
À l'origine on n'habitait pas la cage
Au premier signe on libérait les otages
À l'origine on faisait pas l'étalage
De nos racines on n'avait pas d'héritage
À dix centimes on n'était pas si volage
Dieu
Dieu
Dieu que c'est loin

 

À l'origine on n'avait pas des prothèses
À l'origine on disait moins de fadaises
À l'origine on avait moins de facettes
De temps d'usine
Et pas besoin de prophète
À l'origine les poules étaient des nuggets
Et pas d'usine
Et les poupées des puppets
Dieu
Dieu
Dieu que c'est loin!

 

À l'origine on n'avait pas de pétards
De carabines mais les cheveux en pétard
Dans le dressing on cachait pas de cadavre
À l'origine on n'était pas si macabres
À l'origine il n'y avait pas les images
Les speakerines faisaient encore des massages
Mieux
Mieux
C'est mieux que rien

 

À l'origine on passait pas le message
À sa voisine on faisait pas de chantage
À la cantine il n'y avait pas de potage
De carabines de messagers de passage
À Colombine il va y avoir un carnage
En haut des cimes
Il n'y avait que les nuages
Dieu
Dieu
Dieu que c'est loin


À l'origine on n'était pas des esclaves
À l'origine on quittait pas son enclave
D'origine la vie n'était
Qu'une seule phrase
Sibylline, on mettait pas les pleins gaz
Les mandarines
Avaient un goût de betteraves
Citadines

On attendait dans la cave
Mieux
Mieux
Mieux que rien

Je ne sais pas
Si nous étions les pire
Et si déjà
Nous rêvions d'en finir
À l'origine
Tout n'était qu'un mystère
Pas de fadas d'intifada naguère

À l'origine on n'était pas des occases
À l'origine on faisait pas dans l'oukase
À l'origine on faisait dans le détail
À l'origine on n'était pas du bétail
À l'origine on faisait pas des entailles
Longilignes, on n'ouvrait pas les entrailles
Lieu
Lieu
Lieu commun

À l'origine on n'était pas des minables
À l'origine on piratait pas le câble
À l'origine il y avait moins de vocables
Entre les lignes
On était beaucoup moins stables
À l'origine il n'y avait pas le Mossad
On s'y résigne
On n'était pas si maussade
Dieu
Dieu
Dieu que c'est loin

À l'origine on avait peur de l'anthrax
De la famine de la famille de Karl Marx
À l'origine on n'avait pas des Rolex
Ou des Longines on avait des Solex
À l'origine tout n'était pas si complexe
À l'origine tout n'était qu'un prétexte
Crois
Moi
Trois fois rien

Je ne sais pas
Si nous étions les mêmes
Les mêmes en pire
Comment ça va finir
À l'origine
Il n'y avait qu'un soupir
Et pas d'éclair
Sur ta poupée de cire

Pour retrouver d'autres chansons de Benjamin Biolay dans la playlist d'eMmA, cliquez sur le titre d’une note :

Transgénérationnel

Au casino de Paris, Biolay nous étions à ses pieds !

Dans l'épure des saisons - L'été

A la demande générale... une correspondance entre if

"Ce sera pire encore quand tu auras mon âge"

"pas assez profond pour s'y baigner"

"On reste Dieu merci à d'un abribus"

La belle affaire !

Une correspondance entre voisines...

Site de Benjamin Biolay  : link

Page facebook de Benjamin Biolay link

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

kasimir 28/02/2012 21:00


un peu fouillis le monde de ce chanteur


franchement, je comprends  rien à ce qu'il veut dire


sinon qu'il est un peu perdu


à toi je fais une bise

Gérard 28/02/2012 19:11


ce n'est plus de l'amour c'est de la rage

eMmA 28/02/2012 20:41







Littorine 28/02/2012 14:30


Tu es vraiment en amour avec Benjamin ! Contente pour toi. Bises