Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

eMmA MessanA, collagiste

eMmA MessanA, collagiste

Je pratique l'art du collage et manie les mots aussi. Dernier titre paru : "Transpositions hasardeuses"


Karmapa Tchenno de Roger Lahana

Publié par eMmA MessanA sur 1 Mai 2021, 08:58am

Catégories : #Un moment de lecture

Karmapa, dont le nom signifie "celui qui accomplit l'activité des bouddhas", est né au Tibet en 1924. Comme des milliers de Tibétains, dont le Dalaï Lama, il s'est exhilé hors de son pays en 1959.
Si j'écris ces lignes aujourd'hui, c'est pour raconter le bref instant d'éternité pendant lequel j'ai croisé sa route de la plus improbable des façons et comment cela a changé ma vie.

Roger Lahana, in "Karmapa Tchenno", p.11 Les éditions du Puits de Roulle

A côté de "Karmapa Tchenno", un petit galet calligraphié de la main de Stéphanie Lahana, portant le le mantra tibétain "Om mani padme hum" qui signifie "Gloire au joyau du lotus".

A côté de "Karmapa Tchenno", un petit galet calligraphié de la main de Stéphanie Lahana, portant le le mantra tibétain "Om mani padme hum" qui signifie "Gloire au joyau du lotus".

   Je viens de finir ce livre de Roger Lahana "Karmapa Tchenno. Fragments de rencontres avec Rangjung Rigpé Dorjé XVIè Karmapa" publié aux éditions du Puits de Roulle.
 Roger a été l'un des pionniers de l'arrivée du bouddhisme tibétain en France, notamment en contribuant à la création d'un Centre à Tournefeuille.
   Je ne suis pas du tout familiarisée avec cette doctrine religieuse et philiosophique qu'est le bouddhisme.
Pour autant, je ressens de la curiosité, une attirance, de l'intérêt et même parfois de la fascination à chaque fois qu'elle est évoquée car je retiens des mots comme méditation, mantras, compassion, synchronicité, vacuité, impermancence, changement intérieur. Peut-être est-ce dû à ma pratique actuelle de la sophrologie ou autrefois, du yoga ? Je l'ignore. 
Toujours est-il que ces mots me donnent à réfléchir bien sûr, mais aussi je me sens interpelée. 

   Peut-être n'est-ce qu'une réacion de totale néophyte qui découvre un besoin de découvrir un monde un peu mystérieux, trop loin ou supposé trop loin de mon quotidien. 
   Toutefois, ainsi que l'exprime l'auteur dès le début de son ouvrage, ce livre n'est pas un manuel explicatif sur le bouddhisme. I
l s'agit surtout pour lui de raconter une rencontre qui change une vie

C'est principalement ce qui m'a attirée vers ce livre.

   Il nous conte donc "ce bref instant d'éternité" durant lequel il a croisé le chemin de Rangjung Rigpé Dirjé, XVIème Karmapa, une expérience spirituelle qui d'emblée l'aura marqué, lui qui pourtant avoue qu'en tant que chercheur, scientifique et athée, il était plutôt porté sur le tangible, le rationnel. 
Sa curiosité, son ouverture d'esprit et peut-être un rendez-vous programmé quelque part, auront fait le reste.

   Je n'en dirai pas davantage car je considère qu'il faut lire le livre pour découvrir comment et dans quelles circonstances la rencontre s'est faite, comment elle est à l'origine d'un cheminement personnel, amical et coopératif avec d'autres personnes liées par la profondeur de la sagesse tibétaine.

Combien faut-il de temps pour réaliser qu'on vient de rencontrer un être exceptionnel qui va changer notre vie ? La réponse est simple : c'est immédiat.

Roger Lahana

   Le livre est illustré de photos dont certaines personnelles de Roger et de son épouse Stéphanie, éditrice des Editions du Puits de Roulle.

   Ces photos offrent un supplément de vie au témoignage et je me suis longtemps arrêtée sur les visages si souriants des personnes évoquées qui ont croisé la route de Roger, au cours de situations parfois cocasses et peu banales.
Le sourire est un langage  universel qui ne nécessite aucune traduction, et même les lamas me semblent sourire, (je veux parler des lamas du Nivernais !).

   Je connais personnellement Roger et Stéphanie (elle est à l'origine de mon tout premier bonheur de papier, Le Régime de Replète la sorcière) et je sais combien leurs différents engagements en faveur du bien-être animal leur feraient bouger des montagnes.
Chez eux, il y a toujours une place pour les gens et pour les chats abandonnés qu'ils recueillent et soignent par dizaines.
Je sais leur qualité d'Etres Humains, sensibles, tout simplement.


   J'ai été bouleversée par la force de la photo de la page 51 où l'on voit Lama Ole qui prend le visage de Stéphanie entre ses mains au cours de sa prise de refuge. On y ressent toute la puissance du lien entre eux deux et l'importance de ce rituel spirituel. 

J'aime la description du second enseignement du Boudha. 

Le second enseignement, nommé Perfection de la Sagesse, parle de la véritable nature de la réalité, des illusions de l'ego, de la vacuité (sunyata) qu'il ne faut surtout pas confondre avec le néant. Le néant, c'est rien. La vacuité permet de libérer tout l'espace pour la compassion, un processus actif qui, au passage, ne doit pas être assimilé aux sentiments.

Roger Lahana, in "Karmapa Tchenno", p.58 Les éditions du Puits de Roulle

   La notion de vacuité m'a fait pensé à l'un de mes collages.
Je me souviens très bien qu'inconsciemment j'avais composé le 
N°281 BlopIndia! avec ses détours en imaginant faire de la place pour une certaine abstration dans laquelle chacun pourrait y puiser ses propres idées positives. Mais peut-être fais-je preuve de "sacrilège" ou pire, d'ego ("ah ! l'ego"). En tous cas, j'y vois un signe...

  Je pense que ce livre laissera une empreinte en moi, grâce à son accessibilité et le ressenti de l'auteur qui nous relate simplement combien et comment il a été touché de façon concrète et durable par ce chef spirituel.
Il me fera réfléchir encore et encore, et pas forcément en lien avec le bouddhisme, au besoin que nous avons de progresser vers un peu plus de clairvoyance, sur comment nous voulons nous comporter ici et maintenant, et sur la belle nécessité de ne pas donner prise à ce qui peut conduire à des actes négatifs envers n'imorte quel être vivant.

Certains êtres rares projettent autour d'eux bien plus que leurs mots, leurs actes ou leur apparence physique. Sans que rien ne l'annonce, ils vous envoient au détour d'une phrase ou d'un regard quelque chose d'immatériel, de puissant, de profondément bon qui vous transfigure en vous traversant comme une vague qui deferle. Et des larmes de joie profonde jaillissent de vos yeux.

Roger Lahana, in "Karmapa Tchenno", p.108 Les éditions du Puits de Roulle

Je vous souhaite et belles lectures et en particulier, cette belle lecture.

A bientôt,

eMmA MessanA

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

erato 06/05/2021 08:51

Ton ressenti me parle beaucoup , ces rencontres font partie des moments possibles dans la vie et qui apportent parfois un changement si on a eu la chance de le cueillir .
Je vais le lire , il m'intéresse beaucoup.Merci.
Belle journée, bises eMmA

eMmA MessanA 06/05/2021 10:43

Je suis ravie de te faire découvrir ce livre. Je t'en souhaite une belle lecture.
Passe une belle journée, Andrée.

eMmA MessanA 03/05/2021 09:21

Incroyable clin d'oeil : les premières phrases du livre que j'ai ouvert à peine la publication de cette page consacrée au témoignage de Roger Laha : "Au fil de mes lectures"modernes", j'ai toujours été étonné que les rencontres décisives se teintent le plus souvent d'exotisme : vieux sage rencontré en Inde ou sur les contreforts du Tibet, chaman de Mongolie, sorcier indien, moine du Sinaï ou d'Anatolie, ou autres. Or les grains de sagesse m'évoquent les grains de sable..." (in "Et il me parla de cerisiers, de poussières et d'une montagne..." d'Antoine Paje.
J'adore !

Nous sommes sociaux !