Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

eMmA MessanA

eMmA MessanA

Je pratique l'art du collage et manie les mots aussi. Dernier titre paru : "Transpositions hasardeuses"


"Elle a toujours les mêmes yeux"

Publié par eMmA MessanA sur 30 Avril 2015, 10:28am

Catégories : #Collection de Muses, #papier indien, #LesCollagesdeMmAMessanA

Le seul véritable voyage ce n'est pas d'aller vers de nouveaux paysages, mais d'avoir d'autres yeux.

Marcel Proust ("La Prisonnière")

A quoi

A qui

Songe

La muse

Aux yeux rouges ?
           eMmA MessanA

N-190-Le-songe-de-la-Muse-Sign.jpg

© eMmA MessanA

 Paris XIème, janvier 2013 - N°190 Le songe de la Muse

Collage sur papier indien 24 X 32cm

Fragments de papiers provenant de magazines et de  #papier indien

Ce collage N°190, pièce unique, est disponible non encadré dans le catalogue N°2 ici

(le copyright  en filigrane n'apparaît pas sur le collage)

le #papier indien, fait main, provient de la Manufacture de papiers artisanaux de l'Ashram Sri Aurobindo de Pondichéry

Dans la série Collection de Muses

Un clic sur une vignette vous renvoie vers la note qui lui est consacrée et vous permet de visualiser le collage.

N°157 Muse au Clavecin N°158 L'Arbre à Muses N°159 La Muse Bouche N°160 Mille et Une Muses N°161 La Muse de Diego N°162 Le Rêve de la Muse N°190 Le songe de la Muse

From Argentina to South Africa, Nicolas Peyrac

Extrait de l'album Di(x)versions (2011)

Elle est née dans les bidonvilles

Elle a traîné dans les ghettos
From Argentina to South Africa
En passant par la Rhodésie et les Santiago du Chili
Elle n'a pas eu que des amis

On la viole et on la torture
On la brise, on la crucifie
From Argentina to South Africa
Des Pologne de Varsovie et de Prague à la Sibérie
On ignore comment elle s'écrit

Et on la peint sur tous les murs du monde
Avec le sang de quelques uns
Et quels que soient tous les noms qu'on lui donne
Elle a toujours les mêmes yeux

Et elle se moque bien des races
Des croyances, des religions
From Argentina to South Africa
On lui courbe le front dans la boue
Mais elle se relève à genoux
Elle ne sent même plus les coups

Et quelquefois des fous se lèvent
Des Walesa, des Luther King
From Argentina to South Africa
Des illuminés qu'on abat
De peur qu'ils ne montrent du doigt
Les fausses promesses des rois

Et on la peint sur tous les murs du monde
Avec le sang de quelques uns
Et quels que soient tous les noms qu'on lui donne
Elle a toujours les mêmes yeux

Et on la peint sur tous les murs du monde
Avec le sang de quelques uns
Et quels que soient tous les noms qu'on lui donne
Elle a toujours les mêmes yeux

Et on la peint sur tous les murs du monde…

Pour retrouver d'autres chansons de Nicolas Peyrac dans la playlist d'eMmA, cliquez sur le titre de ces articles :

Elle disait

Histoire de peau

Je pars. Enfin... on en rêve.

Pour patienter...

Site de Nicolas Peyrac link  

Page facebook de Nicolas Peyrac : link

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Tout est possible mais le décor ne laisse rien présager de bon
Belle soirée
Répondre
E
Oui, on peut inventer mille et une histoire à partir de quelques fragments de papier. C'est vraiment ce que j'aime dans le collage...
Passe une bonne soirée,
eMmA
A
Un collage et une chanson qui m'interpellent et sur lequel , je pourrai disserter un moment .
Ce collage est douloureusement beau .Je reviendrai réfléchir en le regardant et en écoutant la chanson.Bises
Répondre
E
Oui, cette magnifique chanson de Nicolas Peyrac, hélas, est toujours d'actualité.
Au nom de la liberté bafouée, je colle...
M
Les mêmes yeux, les yeux de l'amour, certains l'ont pour la femme, ceux qui n'ont pas oublié que leur mère en est une, même si tant n'ont pas su la respecter, ceux là n'ont rien compris, et ce sont eux qui sont méprisables, tout passe par le coeur, le regard qu'on lui porte à cette femme blessée...
Merci pour ce beau post eMmA
Répondre
E
Ta lecture de mon collage, Marine, est d'une puissante évocation, redoutables histoires qui se répètent depuis la nuit des temps...
A
Bonjour eMmA, Je découvre votre blog et vos collages. Un peu perdue tant il y a de belles choses à voir, mais je vais m'habituer. Je ne sais pas quels sont les rêves de la femme aux yeux rouges, mais je voir beaucoup de barrières, beaucoup de barreaux... et ces yeux rouges... Ce collage peut (hélas) s'adapter à bien des situations terribles à travers le monde, il me semble.
Merci d'être venue prendre le soleil chez moi.
Répondre
D

Bon week-end sous la couette ? Pascal.
Répondre
E
Oui, ce début d'année n'a pas épargné le monde et ses humains de tous horizons. Ce collage pourrait s'appliquer aux larmes versées pour de douloureuses histoires personnelles et/ou collectives.
Votre soleil corse a été un enchantement pour moi ce matin.
Bienvenue ici où j'espère que vous ne serez pas perdue trop longtemps (quoique...)
A bientôt,
eMmA
E


Ben je ne suis pas malade !



G

quelle belle chanson et que le collage l'illustre bien...Merci Emma !


Mais que la réalité est dure
Répondre
E


Moi, la colle m'embrume l'esprit... parfois.


Alors, la réalité se gomme, se transforme, se colle. Je ne crois que ce que je veux, le reste j'essaie de l'occulter... sans faire l'autruche.


Puisse ta réalité moins te peser, si cela est possible.


Je t'embrasse chère Gazou.


eMmA



C

j'aime beaucoup ,ce que dit notre cher pinson....!


et lui avec les femmessssss !


 
Répondre
E


 


Oui, c'est la façon qu'a eue Kasi de "lire" ce collage. Pourquoi pas...


Je n'avais pas vu les choses comme ça en le composant, mais ce n'est pas grave, car une fois proposés dans le blog à votre vue, l'intéressant c'est que mes collages vous appartiennent et que vous
vous les appropriez en racontant une autre histoire.


C'est la richesse du partage et heureusement, nous n'avons pas les mêmes prismes. Ainsi, les histoires se racontent et se brodent autour des mêmes images.


Tout cela reste léger et ludique...


 


Bon diMAnche, Cagou.


eMmA


 



G

J'aime bien ton collage je le verrais bien en affiche de film . Bon dimanche Emma
Répondre
E


Ce serait trop bien !


Merci Gérard.


Bon diMAnche,


eMmA



E

Le collage est bien en harmonie avec cette belle chanson. Douce soirée eMmA
Répondre
E


Cette chanson a été le point de départ pour raconter une histoire parallèle au travers de mon collage.


Bon diMAnche, Andrée.


eMmA



L

Je vois que tu continues à créer... c'est super ! Bonne continuation
Répondre
E


Oui, ça fait du bien !


Merci pour ton passage, Littorine.



T

toujours debout! jolis tons ce collage
Répondre
E


Toujours ?


 



K

Bin... on voit à peu près à quoi elle peut penser


mais avec les femmes, allez savoir
Répondre
E


Oui, pas si sûr que le message soit si "simple"...


 



M

Superbe Emma ce nouveau collage avec ces murs de la prison qui vole en éclats. J'aime vraiment beaucoup et cette chanson lui va très bien.
Répondre
E


D'une révolution à une liberté, d'une prison mentale à une libération...


A quel prix ?



Nous sommes sociaux !