Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

eMmA MessanA, collagiste

J'observe, j'imagine, je compile, je froisse, je déchire et je colle des fragments de toutes sortes de papiers. J'aime fixer l'éphémère pour qu'une fois transformé et assemblé en pièce unique, il raconte une tout autre histoire, intemporelle. J'aime toutes les couleurs, surtout celles qui chantent et sont propices aux rêves les plus fous.... Tous droits réservés © eMmA MessanA

Création mondiale, Le Journal d'Anne Frank

#On sort...

Hier soir, durant la Nuit Blanche à Paris, nous sommes allés voir au Théâtre Rive Gauche, la magnifique pièce d' Eric-Emmanuel Schmitt, mise en scène de façon très soignée par Steve Suissa, d'après Le Journal d'Anne Frank.avec la permission du Fonds Anne Frank.

Voici le splendide écran qui, comme un voile lumineux et fragile qui préserverait intacte et éternelle la jeunesse et l'innocence brisée de la jeune Anne, masque la scène avant l'entrée des artistes.

Les spectateurs ont sont comme hypnotisés, les yeux rivés vers ce visage.

Nous comprenons, le souffle suspendu, que nous allons assister à des moments bouleversants d'une grande intensité.

Sur ce rideau transparent, on y découvre la profondeur et la pureté du regard de la jeune actrice franco-autrichienne,  Roxane Duràn incarnant avec sensibiité une Anne Frank pleine de vie et d'énergie, aux côtés de Francis Huster jouant son père, Otto Frank, brisé d'être le seul rescapé de cette folie humaine.

Puis, l'Adagio pour cordes de Samuel Barber ouvre la pièce.

Le rideau s'anime et les paupières d'Anne battent pour accueillir ses derniers jours de vie.

Impressions-de-concert-7641.JPG

Impressions-de-concert-7644.JPG

Impressions-de-concert-7643.JPG

Théâtre Rive Gauche, 06 octobre 2012.

Rideau/voile,sur la scène de la pièce d'Eric-Emmanuel Schmitt,

d'après Le Journal d'Anne Frank.

Mise en scène Steve Suissa.

Vous pouvez découvrir l'ensemble de l'excellente distribution sur l'éventail mis à notre disposition dans la salle (il y faisait chaud) :

Impressions-de-concert-7624.JPG

Voici la bande-annonce :

Eric-Emmanuel Schmitt : "Plusieurs fois au cours de ma vie, j’ai lu Le Journal d’Anne Frank.

Ce texte lumineux s’avère davantage qu’un document, il constitue une véritable œuvre littéraire, celle d’une romancière de 14 ans, qui a le don de créer une proximité, une intimité troublante avec ses personnages enfermés dans l’Annexe. Preuve de sa grandeur ? Je ne suis jamais ému ou touché par les mêmes passages : ce qui m’agaçait à quinze ans – la fille avec des soucis de fille, cette énergie inépuisable – me bouleverse aujourd’hui. En parcourant Le Journal d’Anne Frank, j’assiste désormais à la naissance d’une femme et à la naissance d’un écrivain.

Je remercie le Fonds Anne Frank de m’avoir permis d’écrire cette nouvelle version théâtrale car le monde entier sait avec quels scrupules exigeants ses membres perpétuent la mémoire d’Anne Frank et interdisent tant de projets qu’ils trouvent indignes.

Le point du vue adopté ici est le point de vue d’Otto Frank, le père d’Anne, celui qui aménagea l’annexe, y installa sa famille puis ses amis, le seul –malheureusement - qui revint des camps. Après la guerre, Otto Frank fut surpris en lisant ce journal, une surprise doublée d’une douleur intense : sa fille avait disparu mais son journal la rendait infiniment vivante, il découvrait ses pensées, sa profondeur, sa joie intense – parfois insoutenable. Un père apprend à connaître sa fille au-delà de la mort, gêné par les pages sur sa sexualité naissante, contrarié par le conflit qu’Anne entretenait avec sa mère, mais toujours touché, amusé, ébloui…

Otto Frank s’est battu pour réaliser le rêve d’Anne : devenir écrivain. Contre les obstacles, l’indifférence, la frénésie d’oublier, il parviendra à faire publier Le Journal d’Anne Frank en 1948, la transformera en l’auteur de 14 ans le plus lu au monde, et, jusqu’en 1980, consacrera sa vie à sa mémoire, devant parfois - par des procès - fermer le bec aux négationnistes qui prétendaient qu’Anne n’avait pas écrit ce journal. "

Interview de Roxane Duràn et de   Francis Huster :

Impressions-de-concert-7647.JPG

L'une des dernières scènes,

comme un ultime adieu entre un Père et sa Fille,

face à la barbarie humaine qui prend une dimension universelle

quelque soit le lieu, la religion, le pays, la guerre, l'époque....

Nous avons été très touchés par cette pièce qui restera gravée dans nos mémoires, tout comme cette dernière photo prise dans l'émotion...

A bientôt,

eMmA MessanA

© photos eMmA MessanA 

Pour d'autres notes dans lesquelles Eric-Emmanuel Schmitt est évoqué dans ce blog, relier les titres suivants :

La foi

Ma vie avec Mozart, la gratitude

Création mondiale, Le Journal d'Anne Frank

A la plus grande librairie de Paris, E-E S

Une légère différence

Comme un pont - Invitation à la lecture du tag

"... ce n'est pas moi qui tourne les pages."

The Guitrys

La citation du lundi #4

Livre ouvert.... livre à ouvrir # 6. Eric-Emmanuel Schmitt

Sororité

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

eMmA MessanA

J'aime le chocolat, la Sardaigne, les p'tits papiers (ceux de Gainsbourg, les colorés, les tout collés), les histoires, les mots doux, sucrés, salés, poivrés, les belles voix, marcher, chanter, la pluie, le soleil, et la tête alouette !
Voir le profil de eMmA MessanA sur le portail Overblog

Commenter cet article

Parisianne 01/02/2013 07:01


Bonjour eMma, 
Maginfique article sur cette effectivement très belle pièce. Il y a autant de douleur que de pudeur dans l'interprétation de ce texte si connu, comme toi nous avons été très ému et garderons un
souvenir précieux, une mémoire à faire partager encore et toujours si tant est que cela puisse servir de leçon pour ne pas recommencer les mêmes erreurs...
Bonne journée


Anne 

eMmA 02/02/2013 10:15



 


Quel plaisir de pouvoir partager nos avis, même s'il est bien difficile d'exprimer tout à fait l'émotion ressentie devant cette pièce au sujet délicat.


Je vais livrer tout à l'heure deux compositions qui m'ont été commandées autour de cette juste mémoire :


http://www.emmacollages.com/article-etoiles-dans-la-nuit-114538508-comments.html#anchorComment


 


J'aime beaucoup Eric-Emmanuel Schmitt et je viens de terminer Les deux messieurs de Bruxelles.


 


Très belle journée à toi,


eMmA


 



Rachel 02/12/2012 17:59


Chère eMmA,


Tu sais déjà ce que mon coeur ressent pour le livre (après l'avoir étudié au collège...) pour te l'avoir écrit par mail.


Hier, je suis enfin allée voir cette pièce, et en sortant du théâtre, je n'ai pu m'empêcher de t'envoyer un SMS pour te dire ce que mon coeur vivait à l'instant présent, après la pluie
d'applaudissement qui a suivi les derniers mots de cette magnifique pièce.


Je ne sais pas très bien, comme toi, écrire les mots pour exprimer mes émotions, alors merci pour cet article, que je viens seulement de lire (car je voulais attendre d'avoir vu la pièce
avant...), qui sait si bien révéler ce qu'il y a en moi...


Merci chère eMmA !


Rachel

eMmA 02/12/2012 18:51



Chère Rachel,


Je sens, je ressens bien, toute cette très forte émotion que tu vis et a vécue autour de cette oeuvre essentielle dont découle cette pièce écrite par Eric-Emmanuel Schmitt à partir du Journal
d'Anne Franck.


 


Je suis humblement fière et heureuse que cette note ait trouvé un écho en toi...


 


A bientôt pour d'autres échos que je vais prendre le temps d'aller puiser en moi pour les matérialiser à ma façon, quand mon actualité sera plus calme.


 


Très belle soirée à toi.


eMmA


 


 



Quichottine 09/10/2012 19:28


Je ne l'ai pas vue, mais ce doit être superbe. J'aime beaucoup la plume d'Eric-Emmanuel Schmitt...


Merci pour ce partage, eMmA.


Passe une douce soirée.

eMmA 09/10/2012 22:32



 


Il ne m'a jamais déçue, en effet.


Je suis une inconditionnelle !


 



Littorine/Marie France 09/10/2012 16:25


Oh oui il devait y régner une sacré émotion dans ce théâtre. Sans nul soute un bel hommage qui est rendu sur scène par ces acteurs. Merci pour le partage eMmA

eMmA 09/10/2012 22:34



 


Les acteurs et le metteur en scène ont été longuement applaudis pour un hommage très mérité.


 



Danielle 08/10/2012 18:36


Quel visage bouleversant, ce regard qui nous transperce, qui nous poursuit. La puissance de ta dernière photo chargée d'une émotion très forte. Ne jamais oublier ces atrocités, se souvenir bien
sûr mais rester vigilants aussi ! Un très bel article, merci de ce partage. Bonne soirée eMmA, tu ne donnes envie de relire ce livre si émouvant. Danielle

eMmA 08/10/2012 22:09



 


"Ne jamais oublier ces atrocités, se souvenir bien sûr mais rester vigilants aussi ".


Tes mots résonnent en moi. Ils me semblent d'une effroyable réalité en ce moment où la folie gagne un peu partout du terrain...


Oui, relisons.


 


A bientôt, Danielle.


eMmA


 



Gérard 08/10/2012 00:16


à te lire sans aucun doute cette pièce te laisse un souvenir impérissable. Comédiens et metteur en scène de réputation ont apporté leur lot de d'émotion. Tu as eu le droit de prendre des photos ?

eMmA 08/10/2012 07:16



 


En fait, la seule demande qui a été faite au plublic avant le lever de rideau, c'était d'éteindre nos télépéhones portables (" Il n'y en aviat pas en 1945").


Je me suis donc autorisée à prendre des photos, très peu, et très discrètement...


 


 



erato:0059: 07/10/2012 23:43


Un billet magnifique émouvant qui rappelle ces moments douloureux . J'aime beaucoup ce livre que je relis .En voyant ,  les comédiens , la prestation devait être sublime . Tu as de la chance
d'avoir pu y assister .Merci de partager avec nous.Belle soirée eMmA

eMmA 08/10/2012 07:20



 


C'est un plaisir de partager ces moments. A mon sens, c'est le but même de nos blogs...


Passe une bonne semaine,


eMmA


 



Anne 07/10/2012 23:14


Je suis toujours touchée par ce qu'écrit E.E.Schmidt, et j'ai lu de bonnes critiques sur la pièce......Merci pour cet article.


J'ai beaucoup étudié ce livre en classe avec mes élèves de 3°

eMmA 08/10/2012 07:24



 


Ah Anne, tu es (ou as été) professeur !


Quel beau métier. Je me souviens avec grande émotion et reconnaissance de la plupart de mes enseignants...


 


 


 



gazou 07/10/2012 19:43


si j'étais à Paris, j'irai tout de suite voir cette pièce...Le visage de la jeune comédienne est extraordinairement expressif et émouvant et elle doit incarner Anne Frank à merveille..Merci de
nous faire partager ton émotion

eMmA 07/10/2012 20:11



 


Comme je te comprends, Gazou !


J'espère de tout coeur que cette pièce sera donnée là où tu habites !


Je mesure la chance que j'ai d'habiter encore à Paris. Alors je profite de ses merveilles autant que possible...


 


Bonne fin de diMAnche,


eMmA


 



kas 07/10/2012 18:14


j'avais envie de te blaguer avec la nuit blanche


mais maintenant je ne puis pas


et je reste là, silencieux, avec mon émotion

eMmA 07/10/2012 20:21



 


Quand nous sommes sortis du théâtre, il faisait nuit noire et nos coeurs étaient emplis d'émotion.


Le ciel était en accord : une douce pluie noyait les lumières de la ville...


 


Bisous Kas,


eMmA


 



flipperine 07/10/2012 18:12


anne frank un très beau livre aussi

eMmA 07/10/2012 20:24



 


Oui, je l'avais lu dans ma jeunesse.


Cette pièce est très actuelle. Elle nous rappelle que l'être humain est précieux et qu'il faut demeurer vigilant devant la barbarie inacceptable.


 


Bonne soirée,


eMmA